Satorbase


TOPOS: VISION_EXPLOITS_H_INCITER_AMOUR_FEMME
OCCURRENCE: 305590 accreditee
CONTEXTE: A la suite d’une bataille contre les sarrasins, Elie est fait prisonnier. Il réussit s’échapper, mais au cours d’un combat, il est grièvement blessé. Il arrive près de la tour de Sobrie où se trouve Rosamonde, la fille de l’amiral, qui est apparemment admirative de ses exploits même s’ils sont faits contre les siens.
COTEXTE ET CITATION: «--Amis, bien vous connoisdist la franche puchele.
“Ces nostre gent se plaignent au matin et au vespre:
«De nos millors amis nous avés fait grant perte».
«--Dame, laissieme ester, perdus sui sans confesse,
«Certes, et mout me het li rois de ceste terre:
«Hier li ochis son fil Ataignant d’Oliferne;
«S’il me pooit tenir, por tout l’or d’Engleterre
«Ne seroie esparngiés ne me tolist la teste».
«--Or ne vous esmaiés,» dist la franche puchele:
“L’amiraus est mes peres, bien en quic le pès faire.
«Li enfes fu mes freres, li chevalier honestes.
«Or soiés aseur ja n’en avrés moleste;
«Certes je vous aim plus que nule riens en tere.
«Venés ent avoec moi » dist la franche puchele,

- «Ami, je vous connais bien», dit la noble pucelle. Nos gens se plaignent de vous du matin au soir car vous nous avez fait perdre beaucoup de nos meilleurs amis». - «Madame, laissons cela. Je suis perdu. Il est bien certain que le roi de cette terre me hait: je lui ai tué son fils hier, Ataignant d’Oliferne. S’il pouvait me tenir, je ne serais épargné pour tout l’or d’Angleterre, et j’y perdrais la tête». - «Ne craignez rien», lui répondit la noble pucelle. «L’amiral est mon père et l’enfant était mon frère, le bon chevalier. Soyez assurés que vous n’en subirez jamais aucun dommage. Bien certainement je vous aime plus que tout sur cette terre. Venez avec moi», dit la noble pucelle. (ma traduction).
NOTES: P. 47, vers 1422-35.
SOURCE: Anonyme, Elie de Saint Gile. Paris: Société des Anciens Textes Français, 1879.Edition G. Raynaud
CHERCHEUR/E: