Satorbase

CONDAMNATION_EXCÈS_NOURRITURE_ET_VIN
PHRASE:
OCCURRENCE: 306144 accreditee
CONTEXTE: Désireux d’obtenir un miracle de Notre Dame, comme l’évêque de Clermont, un autre évêque va la prier à l’église. Mais il a trop mangé et trop bu qu’il s’est endormi et s’est retrouvé dans son lit. Le récit se termine sur une mise en garde contre les excès et un éloge de la sobriété.
COTEXTE ET CITATION: En l’eglyse s’en est alés ;
Mais tant de mez ot enmalez
Et tantes fois baisa sa coppe
Qu'il estoit yvres comme soppe.
Quant dut orer, quant dut veillier
Ne quist ne coute n'oreillier,
Ains s'endormi isnelement
Toz plaz desor le pavement.
Tant par ert yvres, c'est la somme
Qu’ainc de la nuit ne fist c’un some.
…………
Cis myracles bien nos descuevre
Qu'en yvrece a mout vilainne oevre.
NOTES: T. III, p. 60-73, v. 201-210 ; 225-226.
SOURCE: Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame. Genève: Droz, 1955-1970.Édition de V.F. Koenig en 4 volumes
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306145 accreditee
CONTEXTE: Recommandation du narrateur adressée aux « nonains de Nostre Dame de Soissons » : qu’elles respectent la chasteté et évitent les abus, notamment de nourriture.
COTEXTE ET CITATION: Fuiez le mont, fuiez ses vices,
Ses chiers morsiax, ses grans devices,
Que plusieur aimment tant, c'est diex,
Que de leurs ventres font lor diex.
Se vos parentes ont les tables
Et les viandes delitables,
Les bars, les lus et les saumons,
Ne vos en chaille. Salemons
Dist que mielz vaut une bouchie
De pain sec a joye maingie
Que plaine maison de vitaille
Maingie a noise et a bataille.
………
Mielz ameroie un oef parti,
Un oef pochié ou un oef blanc
Que trente mes boulis en sanc.
Mielz vaut uns oez sanz cuisençon
Que trente mes de raençon.
NOTES: T. III, p. 460-505, v. 169-180 ; 190-194.
SOURCE: Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame. Genève: Droz, 1955-1970.Édition de V.F. Koenig en 4 volumes
OCCURRENCE: 306146 accreditee
CONTEXTE: Raoul, le narrateur, est invité par Belzébuth à assister au repas servi en enfer, constitué des mets suivants : usuriers, meurtriers, putains, sodomites, faux plaideurs, hypocrites.
COTEXTE ET CITATION: Au premier mes, ainsi avint :
Nous aporta l'en devant nous
Un mes qui fu granz et estous,
Champions vaincuz a l'aillie;
Chascuns grant piece mal taillie
En ot; bien en furent peü.
Aprés champions ont eü
Useriers cras a desmesure,
Qui bien avoient lor droiture :
Cuit estoient et s'erent tel
Qu'il estoient d'autrui chatel,
Lardé si cras desus la coste;
Devant et derriere et encoste
Ot chascuns deus doie de lart.
…..
Uns autres mes fut aportez :
De larrons murtriers a plentez
Qui furent destempré as aus ;
Si estoit chascuns toz vermaus
De sanc de marcheanz mordris
Dont il avoient l'avoir pris.
Aprés orent un autre mes
Qu'il tindrent a bon et a fres :
Vieilles putains aplaqueresses,
Qui ont teus crevasses qu'asnesses,
Mengies a verde saveur.
Molt s'en loërent li pluseur,
Si que lor dois en delechoient.

Aprés cel mes nous vint en haste
Bedel belé, bien cuit en paste,
Papelars a l'ypocrisie,
Noirs moines a la tanoisie,
Vielles prestresses au civé,
Noires nonnains au cretonné,
Sodomites bien cuis en honte.
NOTES: Vers 448-461 ; 471-483 ; 577-595.
SOURCE: Raoul de Houdenc, Le Songe d'Enfer. Tübingen: Niemeyer, 1984.Éd. Madelyn Timmel Mihm
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306148 accreditee
CONTEXTE: Le narrateur est invité à des agapes en enfer par un des suppôts de Satan.
COTEXTE ET CITATION: Et sachiez que nous i aron
Foison de vin et mes pleiniers,
Car la li doit uns usuriers
Pleniere procuracïon.
N’i aura serjant ne garçon
Qui ne soit ivres enque nuit.
….
Avec .I. jouglëour m’asis
Qui trop savoit sons poitevins.
De divers mes, de divers vins
Fumes pleinierement servi,
Mes sachiez bien, c’onques n’i vi
Feves ne pois, oef ne harenc ;
Touz les mes Raol de Hodenc
Eümes, sanz fere rïot
Fors tant, c’un entremes i ot
D’une merveilleuse friture
De pechiez feiz contre nature, Flatiz en la sause chartaine.
NOTES: Vers 304-309 ; 406-418.
SOURCE: Huon de Méry, Le Tournoi de l’Antéchrist. Orléans: Paradigme, 1995.Éd. Goerg Wimmer
CHERCHEUR/E: Jeay M.