Satorbase

OFFRIR_REPAS_HOSPITALITÉ
PHRASE:
OCCURRENCE: 306127 accreditee
CONTEXTE: L’évêque de Mautran offre l’hospitalité aux barons chrétiens qui viennent de s’emparer de Jérusalem.
COTEXTE ET CITATION: L'eure de mengier vint ; ele n'atarja mie;
Napes ont aporté la fors bacelerie,
Et iaue avoques pain ; cil lor a beneie,
Qui le jor canta messe a moult grant seignorie.
Iluec a le pain frait et la croste et la mie.
Li vesques de Mautran .iii. fois s'acomenie
Et li autre autretant, que plus n'en i ot mie.
Del mengier lievent sus et chascuns Deu gracie.
NOTES: Livre cinquième, laisse XXV, v. 4753-4761.
SOURCE: Anonyme, La conquête de Jérusalem. Paris: Aubry, 1868.Édition C. Hippeau
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306128 accreditee
CONTEXTE: Hospitalité offerte à Jason et ses compagnons par le roi Oëtés
COTEXTE ET CITATION: Quant li reis sot qui il esteient
Ou aleient e dont veneient,
Honora les de grant maniere
Et mout par lor fist bele chiere.
La nuit lur fist si bel ostel
Q'unc puis que murent n'orent tiel.
A mangier lor dona assez
E mout les a bien conreez.
Assez i sistrent longement :
Pro i ot claré e piment.
NOTES: Page 68-70, v. 1201-1209.
SOURCE: BENOÎT DE SAINTE-MAURE, Le Roman de Troie. Paris: Lettres Gothiques, 1998.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306129 accreditee
CONTEXTE: Alors que Perceval a vaincu un chevalier afin de l’obliger à respecter sa promesse de mariage avec sa cousine, un comte, père de la jeune fille que ce chevalier devait épouser à sa place, lui offre l’hospitalité. Un prêtre l’invite Perceval à partager son repas, ce qui explique que les mets sont des poissons. Cependant le comte leur fait apporter du vin à volonté, signe que le vin n’est pas vu comme négatif.
COTEXTE ET CITATION: Au prestre qui son clerc apele
Ki fu a l’uis de la chapele,
Si fait establer le cheval,
Puis si en maine Percheval.
Desarmé l’ont sanz nule atente,
A che ont mise lor entente.
[…] Saines vïandes a mengier
Orent assez a grant foison,
Saines et de bone saison :
Roches et lus, beches, barbiaus ;
Molt fu li digners bons et biaus.
Et li quens qui molt fu cortois
Quatre vallés tot demanois
Fist chargier de vin, de claré,
Qu’il a a Percheval presenté.
NOTES: Tome I, page 76, v. 2437-2456.
Ce topos est récurrent dans cette oeuvre. Chacune de ses variantes apporte des nuances qui contribuent au sens du passage. Ainsi, t. I, à la page 83, v. 2662-2694, Perceval est accueilli par sa soeur dans le faste et des nourritures carnées, venaison et chapons.
Voir aussi p. 113, v. 3663-3692, l'accueil encore plus fastueux de Tristan par Gauvain ; p. 153, v. 2965-4981, Perceval est acueilli par Gornemant qui l'avait adoubé : les mets servis comportent viandes et poissons. Voir topos OFFRIR_HOSPITALITÉ_VISITEUR
SOURCE: Gerbert de Montreuil, La continuation de Perceval. Paris: Champion, 1922.Édition de Mary Williams
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306130 accreditee
CONTEXTE: Gauvain est invité dans son château par Yde, une demoiselle avec qui il entretient une relation. Elle fait chercher oiseaux, venaison et poissons : l’énumération des victuailles signale un écart par rapport à la description d’un repas courtois : voir topos DESCRIPTION_REPAS_COURTOIS. L’écart est confirmé par l’évocation des plaisirs du corps qui suivront : voir le topos ASSIMILATON_NOURRITURE_ET_VIN
COTEXTE ET CITATION: Ydain la bele commanda
au senescal de sa maison
a querre oiseax et venisson,
pissons de mer et de riviere.
Molt orent més et bele ciere,
grant joie firent cele nuit.
NOTES: P. 252, v. 3630-3635.
SOURCE: Raoul de Houdenc, La vengeance Raguidel. Genève: Droz, 2006.Éd. Gilles Roussineau
CHERCHEUR/E: Jeay M.