Satorbase

OFFRIR_REPAS_HOSPITALITÉ
PHRASE:
OCCURRENCE: 306140 accreditee
CONTEXTE: Les chevaliers voient aux fenêtres un prisonnier sortir du Rhône : c’est Gilbert de la cité de Laon. Il avait été retenu prisonnier trois ans à Orange. Il a tué un sarrasin d’un coup de poing sur la nuque, ce qui l’a libéré et il est allé à Nîmes. Il apporte à Guillaume des nouvelles qui causeront des tourments. On commence par lui offrir à manger avant d’écouter son histoire.
COTEXTE ET CITATION: Son chambellenc a li quens apelé :
« Aporte li a mengier a planté
Et pain et vin et piment et claré,
Grues et jantes et poons en pevré. »
Et cil si fist, quant il ot commandé.
NOTES: Vers 171-175.
SOURCE: Anonyme, La Prise d'Orange. Paris: Champion, 2010.Édition et traduction par Claude Lachet.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306127 accreditee
CONTEXTE: L’évêque de Mautran offre l’hospitalité aux barons chrétiens qui viennent de s’emparer de Jérusalem.
COTEXTE ET CITATION: L'eure de mengier vint ; ele n'atarja mie;
Napes ont aporté la fors bacelerie,
Et iaue avoques pain ; cil lor a beneie,
Qui le jor canta messe a moult grant seignorie.
Iluec a le pain frait et la croste et la mie.
Li vesques de Mautran .iii. fois s'acomenie
Et li autre autretant, que plus n'en i ot mie.
Del mengier lievent sus et chascuns Deu gracie.
NOTES: Livre cinquième, laisse XXV, v. 4753-4761.
SOURCE: Anonyme, La conquête de Jérusalem. Paris: Aubry, 1868.Édition C. Hippeau
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306128 accreditee
CONTEXTE: Hospitalité offerte à Jason et ses compagnons par le roi Oëtés
COTEXTE ET CITATION: Quant li reis sot qui il esteient
Ou aleient e dont veneient,
Honora les de grant maniere
Et mout par lor fist bele chiere.
La nuit lur fist si bel ostel
Q'unc puis que murent n'orent tiel.
A mangier lor dona assez
E mout les a bien conreez.
Assez i sistrent longement :
Pro i ot claré e piment.
NOTES: Page 68-70, v. 1201-1209.
SOURCE: BENOÎT DE SAINTE-MAURE, Le Roman de Troie. Paris: Lettres Gothiques, 1998.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306129 accreditee
CONTEXTE: Alors que Perceval a vaincu un chevalier afin de l’obliger à respecter sa promesse de mariage avec sa cousine, un comte, père de la jeune fille que ce chevalier devait épouser à sa place, lui offre l’hospitalité. Un prêtre l’invite Perceval à partager son repas, ce qui explique que les mets sont des poissons. Cependant le comte leur fait apporter du vin à volonté, signe que le vin n’est pas vu comme négatif.
COTEXTE ET CITATION: Au prestre qui son clerc apele
Ki fu a l’uis de la chapele,
Si fait establer le cheval,
Puis si en maine Percheval.
Desarmé l’ont sanz nule atente,
A che ont mise lor entente.
[…] Saines vïandes a mengier
Orent assez a grant foison,
Saines et de bone saison :
Roches et lus, beches, barbiaus ;
Molt fu li digners bons et biaus.
Et li quens qui molt fu cortois
Quatre vallés tot demanois
Fist chargier de vin, de claré,
Qu’il a a Percheval presenté.
NOTES: Tome I, page 76, v. 2437-2456.
Ce topos est récurrent dans cette oeuvre. Chacune de ses variantes apporte des nuances qui contribuent au sens du passage. Ainsi, t. I, à la page 83, v. 2662-2694, Perceval est accueilli par sa soeur dans le faste et des nourritures carnées, venaison et chapons.
Voir aussi p. 113, v. 3663-3692, l'accueil encore plus fastueux de Tristan par Gauvain ; p. 153, v. 2965-4981, Perceval est acueilli par Gornemant qui l'avait adoubé : les mets servis comportent viandes et poissons. Voir topos OFFRIR_HOSPITALITÉ_VISITEUR
SOURCE: Gerbert de Montreuil, La continuation de Perceval. Paris: Champion, 1922.Édition de Mary Williams
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306130 accreditee
CONTEXTE: Gauvain est invité dans son château par Yde, une demoiselle avec qui il entretient une relation. Elle fait chercher oiseaux, venaison et poissons : l’énumération des victuailles signale un écart par rapport à la description d’un repas courtois : voir topos DESCRIPTION_REPAS_COURTOIS. L’écart est confirmé par l’évocation des plaisirs du corps qui suivront : voir le topos ASSIMILATON_NOURRITURE_ET_VIN
COTEXTE ET CITATION: Ydain la bele commanda
au senescal de sa maison
a querre oiseax et venisson,
pissons de mer et de riviere.
Molt orent més et bele ciere,
grant joie firent cele nuit.
NOTES: P. 252, v. 3630-3635.
SOURCE: Raoul de Houdenc, La vengeance Raguidel. Genève: Droz, 2006.Éd. Gilles Roussineau
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306131 accreditee
CONTEXTE: Hospitalité du roi Arthur lors des fêtes du mariage d’Erec avec Enide.
COTEXTE ET CITATION: Li rois Artus ne fu pas chiches :
Bien comanda es penetiers
Et as queus et as botoilliers
Qu'il livrassent a grant planté
A chascun a sa volenté
Et pain et vin et venoison.
Nuns n’i demandoit livroison
De rien nule, quelx qu’ele fust,
Qu'il a sa volonté n’eüst.
NOTES: Vers 2055-2064.
SOURCE: CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide. Paris: Livre de poche. Lettres gothiques, 1992.Édition et traduction de Jean-Marie Fritz
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306132 accreditee
CONTEXTE: Erec et Enide sont invités à partager le repas que des valets apportent à des paysans en train de faner.
COTEXTE ET CITATION: Endroit midi uns escuiers
Lor vint devant en un valet.
Avec lui erent dui vallet
Qui portoient gasteax et vin
Et gras fromages de gaÿn
As prez le conte Galoain
A ceus qui fenoient le fain.
Li escuiers fu de grant vide :
Quant il vit Erec et Enide
Qui de vers la forest venoient,
Bien aperçoit que il avoient
La nuit en la forest geü ;
N'avoient maingié ne beü,
C'une jornee tot en tor
N'avoit chastel, vile, ne tor,
Ne meson fort ne abbaïe,
Hospital ne herbergerie.
Puis s'apensa de grant franchise,
Encontre aux a sa voie emprise,
Si les salue comme frans,
Et dit : « Sire, je crois et pans
Qu'anuit avez mout travaillié.
Bien sai que vos avez veillié
Et geü en ceste forest.
De cest blanc gastel vos revest,
Se vost plait un po a mengier.
Nou di pas por vos losengier,
Que rien ne vos quier ne demant.
Li gastel sont de bel fromant ;
Bon vin ai et fromages gras,
Blanche toaille et beax hanas.
S’il vos plait a desjeüner,
Ne vos convient aillors torner.
NOTES: Vers 3120-3152.
SOURCE: CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide. Paris: Livre de poche. Lettres gothiques, 1992.Édition et traduction de Jean-Marie Fritz
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306141 accreditee
CONTEXTE: Accompagné de son neveu Guiélin, Guillaume arrive déguisé en pèlerin à Orange chez le roi Aragon. Il se fait passer pour un envoyé de Thibaut envoyé pour demander des nouvelles de son épouse Orable dont Guillaume est amoureux. Le roi leur offre un copieux repas en signe d’hospitalité.
COTEXTE ET CITATION: Rois Arragon les fist mout bien servir
A mengier orent assez et pain et vin,
Grües et gentes et bons poons rostiz ;
Des autres mes ne sai que vos devis,
Tant en i ot com lor vint a plesir.
NOTES: Vers 550-555.
SOURCE: Anonyme, La Prise d'Orange. Paris: Champion, 2010.Édition et traduction par Claude Lachet.
CHERCHEUR/E: