Satorbase

AUTEUR_OFFRIR_ŒUVRE_À_DÉDICATAIRE_ET_AMI(E)
PHRASE:
OCCURRENCE: 306070 accreditee
CONTEXTE: L’auteur s’adresse à son livre et lui demande de saluer tout particulièrement les deux dames à qui il le dédie.
COTEXTE ET CITATION: Mais garde bien ou que tu voises
A roÿnes ou a duchoises
Qu’a saluer pas ne m’oublies
Mes deus especïaus amies
Mes deus contesses, mes deus dames
Des quels daint metre les ames
Em paradiys li roys des roys.
L’une est la contesse de Blois,
Et l’autre est cele de Soissons.

« Mais veille bien où que tu ailles, à des reines ou à des duchesses, de ne pas oublier de saluer mes deux amies particulières, mes deux comtesses, mes deux dames. Que le roi des rois daigne mettre leur âme au Paradis. L’une est la comtesse de Blois et l’autre celle de Soissons.
NOTES: Epilogue, t. 4, p. 436, v. 125-133.
SOURCE: Gautier de Coinci, Les Miracles de Nostre Dame. Genève: Droz, 1955-1970.Édition de V.F. Koenig en 4 volumes
CHERCHEUR/E: BENOIT, Jean-Louis
OCCURRENCE: 306071 accreditee
CONTEXTE: L'auteur dédie son oeuvre à une amie, dame Maud.
COTEXTE ET CITATION: Escoutez bone gent senee
Ki en Deu estes asemblee,
E vus dame Mahaut, premers !
A vus dirai plus volentiers
Des miracles, des grant sucurs
Kef et Nostre Dame a plusurs

Ecoutez bonnes gens, vous qui êtes assemblés pour Dieu et vous dame Maud, en premier. A vous, je parlerai plus volontiers des miracles que fit Notre-Dame, des secours extraordinaires qu’elle apporta à beaucoup.
NOTES: Prologue, v. 63-68
SOURCE: Adgar, Le Gracial. Ottawa: Presses de l'Université d'Ottawa , 1982.Édition de Pierre Kunstmann
CHERCHEUR/E: BENOIT, Jean-Louis
OCCURRENCE: 306072 accreditee
CONTEXTE: Chrétien de Troyes rend hommage à son dédicataire dans le prologue du Conte du Graal.
COTEXTE ET CITATION: Chrestiens semme et fait semence
D’un romans que il encomence,
Et il seme en si bon leu
Qu’il ne puet estre sanz grant preu,
Qu’il le fait por le plus preudome
Qui soit en l’empire de Rome.
C’est li quens Phelipes de Flandres,
Qui valt mix ne fist Alixandres,
Cil que l’en dist qui fu si buens.

Chrétien sème et fait semence d’un roman qu’il commence et il le sème en si bon lieu qu’il ne peut être sans grand profit. Il le fait pour le meilleur homme qui soit dans l’empire de Rome, c’est le comte Philippe de Flandres, qui vaut mieux que ne fit Alexandre, lui dont on dit qu’il eut tant de valeur.
NOTES: Vers 5-13.
SOURCE: Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal. Genève: Droz, 1959.Édition William Roach
CHERCHEUR/E: BENOIT, Jean-Louis
OCCURRENCE: 306073 accreditee
CONTEXTE: Chrétien de Troyes répond à la demande de sa dédicataire en écrivant Le chevalier de la charrette.
COTEXTE ET CITATION: Puis que ma dame de Chanpaigne Vialt que romans a feire anpraigne, Je l’anprendrai molt volentiers Come cil qui est suens antiers De qanqu’il puet el monde feire Sanz rien de losange avant treire. Puisque ma dame de Champagne veut que j’entreprenne un récit en français, c’est donc bien volontiers que je vais me lancer dans cette entreprise, en homme qui lui est totalement dévoué en tout ce qu’il fait en ce monde, et je le ferai sans chercher à y glisser la moindre flatterie.
NOTES: Vers 1-7.
SOURCE: CHRÉTIEN DE TROYES, Le chevalier de la charrette. Paris: Livre de Poche. Lettres gothiques, 1992.Édition et traduction Charles Méla
CHERCHEUR/E: BENOIT, Jean-Louis