Satorbase

FEINDRE_MALADIE_POUR_TROMPER
PHRASE:Un personnage feint d'être malade pour tromper
OCCURRENCE: 305571 accreditee
CONTEXTE: Naria fuit la présence de son amant infidèle et met sur pied un plan qui lui permettra de s'assurer de son malheur.
COTEXTE ET CITATION: Elle lui manda qu'elle était malade et qu'elle ne pourrait aller, pendant la fête, à aucun des divertissements publics. Alamir la vint voir; il l'assura qu'il abandonnerait aussi tous ces divertissements, puisqu'elle ne s'y trouverait pas...........Néanmoins, sitôt qu'il fut sorti, elle se leva et se déguisa d'une sorte qu'il ne pouvait la reconnaître. Elle alla dans les lieuxelle crut le pouvoir trouver et le premier objet qui s'offrit à sa vue fut Alamir déguisé......elle le reconnut qui suivait Zoromade.....
NOTES: P.179
SOURCE: La Fayette (Mme de), Zaide. Paris: Garnier, 1961.dans Romans et Nouvelles, édition Emile Magne
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305572 accreditee
CONTEXTE: Bellaris feint la maladie pour pouvoir comploter la fuite de Cryséide et la ramener à son amant Arimant.
COTEXTE ET CITATION: Luy qui ne refusoit cette courtoisie à personne le lui accorda librement et cela d'autant plus qu'il feignoit d'avoir une maladie, pour laquelle les médecins luy ordonnoient de se promener. Ayant donc mis si bon ordre à ses affaires, il se va mettre sur le bord de l'Arar pour voir quand elles le passeroient pour venir au jardin.
NOTES: Volume III,8, p. 433.
SOURCE: Urfé Honoré d, Astrée. Lyon: Masson, 1925-1928.Réédition Hugues Vaganay
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305573 accreditee
CONTEXTE: Le roi Gondebaud use de la maladie feinte pour éloigner son fils Sigismond et obliger sa fille Clotilde à dévoiler les secrets amoureux se son frère.
COTEXTE ET CITATION: Le jour le surprit dans cette fantaisie, et lors qu'il fut heure de se lever, il fit semblant de se trouver un peu mal, pour avoir un prétexte de ne quitter point le lict de tout le matin.
NOTES: Volume V,11, p. 492
SOURCE: Urfé Honoré d, Astrée. Lyon: Masson, 1925-1928.Réédition Hugues Vaganay
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305574 accreditee
CONTEXTE: Valmont utilise la ruse de la maladie pour reprendre l'avantage sur Mme de Tourvel. Il va feindre la conversion.
COTEXTE ET CITATION: Ces bizarreries passent sur le compte de ma santé. J'ai déclaré que j'étais perdu de vapeurs; j'ai annoncé aussi un peu de fièvre. Il ne m'en coûte que de parler d'une voix lente et éteinte. Quant au changement de ma figure, fiez-vous à votre pupille. L'amour y pourvoira.. J'occupe mon loisir, en rêvant aux moyens de reprendre sur mon ingrate les avantages que j'ai perdus, .................mais j'espère que ma feinte maladie, outre qu'elle me sauvera de l'ennui du salon, pourra m'être encore de quelque utilité auprès de l'austère dévote,dont la vertu tigresse s'allie pourtant avec la douce sensibilité.
NOTES: P. 295
SOURCE: Laclos (Choderlos de), Liaisons dangereuses (Les). Paris: Garnier-Flammarion, 1964.
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305575 accreditee
CONTEXTE: Gracieuse, qui vient de se faire fouetter de verges par sa méchante belle-mère Grognon, doit lui cacher que les verges étaient transformées en plumes par les soins magiques de son amoureux Percinet. Ils se mettent tous deux d'accord pour échapper à la fureur de celle-ci.
COTEXTE ET CITATION: Elle revint dans sa chambre, feignant d'être bien malade; elle se mit au lit et commanda qu'il ne restât auprès d'elle que sa nourrice, à qui elle conta tout son aventure. .......Là-dessus il la quitta, après lui avoir conseillé de feindre d'être malade du mauvais traitement qu'elle avait reçu
NOTES: Tome I, p. 304
SOURCE: Aulnoy, Mme de, Gracieuse et Percinet. Arles: Ed. Philippe Picquier, 1988.dans le Cabinet des fées
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305576 accreditee
CONTEXTE: Le jeune comte d'Anglesey, dont le père veut épouser Adeline, - la femme dont il est lui-même amoureux -, fait parvenir à celle-ci une lettre qui prélude à un complot pour la soustraire aux desseins du père.
COTEXTE ET CITATION: Ses yeux rouges et enflammés montraient qu'il avait pleuré. Il se plaignit d'une feinte douleur, demanda des sels, son air abattu intéressa tout le monde. Je m'approchai de lui, m'informai comme les autres de la cause de son mal. Il me donna sa lettre, et reçut la mienne. Incapable de supporter sa présence sans laisser éclater ma douleur, je me retirai en lui faisant connaître par un signe la raison qui me contraignoit à sortir.
NOTES: Tome I, p. 316-317
SOURCE: Riccoboni (Madame), Histoire de Miss Jenny. Paris: Foucault, 1818.dans Oeuvres complètes de Mme Riccoboni
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305578 accreditee
CONTEXTE: Reproche de la manipulation par la simulation de la maladie.
COTEXTE ET CITATION: Je suis sur ce même sofavous faisiez si bien le malade pour être plaint, caressé, pour obtenir le pardon de toutes vos petites folies. Ah! quel jour; vous en souvient-il, mon cher Alfred?
NOTES: Tome IV, p.112.
SOURCE: Riccoboni, Madame de, Lettres de Fanni Butlerd. Paris: Foucault, 1818.dans Oeuvers complètes de Mme Riccoboni
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305658 accreditee
CONTEXTE: Incapable de séduire le vaillant chevalier qui est aimé en secret par la châtelaine de Vergy, la duchesse l’accuse auprès de son mari d’avoir voulu la séduire. Le duc, apprenant la vérité des amours cachées du chevalier, le traite encore mieux qu’avant au grand dam de sa femme, qui veut lui soutirer le fin mot de l’affaire en se proclamant malade.
COTEXTE ET CITATION: en ot la duchesse sanz fable,
que ele se leva de table,
et fet samblant tot par faintise,
que maladie li soit prise.
En sa chambre s’ala gésir,
et se fist autresi couvrir
com se forment malade fust.
Et bien voult que li dus seüst
que prise li fust maladie.

La duchesse en éprouva [un tel déplaisir et une telle contrariété] que, sans vous mentir, elle en quitta la table et feignit d’être prise de malaise. Elle alla se coucher dans sa chambre et se fit envelopper de couvertures comme si elle était gravement souffrante; elle souhaitait vivement que le duc sache qu’elle était tombée malade.
NOTES: P. 478, vers 513-521.
SOURCE: Anonyme, Châtelaine de Vergy. Livre de poche, Lettres gothiques: Paris, 1997.dans Nouvelles courtoises. Edition de René E.V. Stuip Traduction Suzanne Méjean-Thiolier et Marie-Françoise Notz-Grob.
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise