Satorbase

FEINDRE_MALADIE_POUR_ÉVITER_MARIAGE
PHRASE:Un personnage feint d'être malade pour éviter un mariage détesté ou une relation charnelle avec le conjoint
OCCURRENCE: 305556 accreditee
CONTEXTE: Eudoxe, mariée de force à l'assassin de son mari, fuit son contact le plus possible.
COTEXTE ET CITATION: Elle aimoit autant mourir pour l'insupportable regret qu'elle avoit de coucher auprés de ce tyran, que pour quelque temps elle s'en exempteroit, feignant d'estre malade, mais qu'à la longue cela ne pouvoit estre.
NOTES: II,12, p. 545.
SOURCE: Urfé Honoré d, Astrée. Lyon: Masson, 1925-1928.Réédition Hugues Vaganay
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305557 accreditee
CONTEXTE: Diane résiste au projet de sa mère de lui faire épouser Paris. En fait son amant Silvandre va se révéler être le véritable Paris et le faux Paris être le frère de Diane.
COTEXTE ET CITATION: -Madame, répondit froidement Diane (feignant d'estre aussi malade du corps qu'elle l'estoit de l'esprit) l'estat ou je suis vous devroit plustost faire penser à me choisir un cercueil, qu'un mary, je me sens si proche du trespas, que je ne sçaurois plus avoir de consideration pour ce qui regarde le monde.
NOTES: V, 10, p. 425-426.
SOURCE: Urfé Honoré d, Astrée. Lyon: Masson, 1925-1928.Réédition Hugues Vaganay
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305558 accreditee
CONTEXTE: Trompée par son père et le mariage de son amant, Blanche accepte d'épouser le connétable qu'elle n'aime pas. Elle cherche à l'éviter le soir de ses noces.
COTEXTE ET CITATION: Cette question embarrassa Blanche qui feignit de se trouver mal. Son époux y fut d'abord trompé; mais il ne demeura pas longtemps dans son erreur.
NOTES: P. 708
SOURCE: Le Sage (Alain René), Gil Blas de Santillane. Paris: La Pléiade, 1960.dans Romanciers du XVIIIe siècle, édition Etiemble.
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise
OCCURRENCE: 305560 accreditee
CONTEXTE: Tiennète refuse un mariage que ses parents veulent la forcer à accepter alors qu'elle en aime un autre.
COTEXTE ET CITATION: Après avoir quitté la maison de mon Père, je demeurai huit jours dans un Village écarté, où je feignis d'être malade : j'attendais, pour en partir, le signal que M. Loiseau devait me donner, que ceux qui avaient suivi mes traces, étaient de retour.
NOTES: P. 128
SOURCE: Rétif de la Bretonne, Nicolas, Le Paysan perverti. La Haye: chez Veuve Duchene et chez Valade, 1776.Tome I
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise