Satorbase

FEMME_DÉDAIGNER_AMOUR_PUIS_SUCCOMBER
PHRASE:Une femme succombe à l'amour après l'avoir méprisé
OCCURRENCE: 305432 accreditee
CONTEXTE: Après la présentation d’Amadas, le fils du sénéchal qui reste indifférent aux femmes, voici celle d’Ydoine, la fille du duc de Bourgogne. Son indifférence à l’amour est dictée par l’orgueil et est la version féminine
COTEXTE ET CITATION: D’amour si sourquidie estoit
Et si fiere et si orgilleuse,
Vers tous houmes si desdaigneuse,
Qu’el ne prisoit en son corage,
Pour biauté ne por vasselage,
Nul houme u monde, pour rikece,
Pour parenté ne pour hautece,
Qui regart li fesist de l’oel :
Mult par estoit de grant orguel.

Elle était si méprisante vis-à-vis de l’amour, si fière, si orgueilleuse, si dédaigneuse envers tous les hommes qu’elle n’aurait accordé de place en son coeur à nul homme au monde qui aurait levé ses yeux vers elle, fût-il beau, valeureux, riche, puissant et de haute lignée. Son orgueil était trop grand.
NOTES: P. 12, v. 176-184 ; trad. p. 21.
Cette attitude d’Ydoine est une matrice du roman. D’où découleront les épisodes de l’intrigue.
SOURCE: Anonyme, Amadas et Ydoine. Champion, éd. John R. Reinhard: Paris, 1974.Les traductions sont celles de Jean-Claude Aubailly, Paris, Champion, 1986.
CHERCHEUR/E: Jeay M.