Satorbase

FEMME_SE_SACRIFIER_PAR_AMOUR
PHRASE:Un personnage féminin se sacrifie par amour de son amant.
OCCURRENCE: 104582 accreditee
CONTEXTE: Pour l'amour de Palmire, Claudiane aide celui-ci à s'échapper de prison au prix de sa propre liberté.
COTEXTE ET CITATION: Claudiane raconte en peu de mots à Palmire, qu'elle était venuepour lui donner ses habits et prendre les siens [...] Palmire non moins ravi de la fidélité que de la beauté de sa maîtresse, refuse à l'abord ce parti, comme étant une espèce de lâcheté à un homme, de mettre pour soi une fille en peine [...] Mais ce fut en vain [...] Les habits étant changés, <CITATION> Claudiane demeure dans le fonds de sa prison sous ceux de Palmire, et Palmire sous ces harnais féminins, le masque sur le visage, et une grande écharpe noire sur la tête, s'avance pour sortir CITATION>.
NOTES: [(Page & Chapitre & To) 135-136, 8, I]
SOURCE: Camus (Jean-Pierre), Evénements singuliers (Les). J. Caffin et Fr. Pleignard: Lyon, 1628.
CHERCHEUR/E: Vernet M.
OCCURRENCE: 305447 accreditee
CONTEXTE: A la suite d’un malaise soudain, Ydoine est aux portes de la mort. Par amour pour Amadas et pour qu’il se console de sa perte sans vouloir se tuer ou sombrer dans la folie, elle s’accuse faussement. Pour agraver son cas, elle ajoute qu’elle a tué les enfants qu’elle a eus de ses cousins et ne s’en est jamais confessée.
COTEXTE ET CITATION: Biaus tresdousamis, Amadas,
Pour voir vous di que ne sui pas
Pucele si com dit vous ai,
Que par mon grant peciet amai,
Ains de vous, s’en soiiés certains
Lonc tans trois miens cosins germains.
Si m’en devés mult plus assés
Haïr, se raison entendés,
Et conforter, amis, de moi,
Car il a assés pour choi.
Sire, bien les amai set ans
Et si oi d’aus trois biaus enfans.

Mon très cher et tendre ami, Amadas, je vous avoue qu’en vérité je ne suis pas vierge ainsi que je vous l’ai dit, car par grand péché j’ai aimé, avant de vous connaître -et cela soyez-en certain- trois de mes cousins germains. Aussi, si vous voulez bien prendre ce fait en considération, ami, m’en devez-vous d’autant plus haïr fortement et vous consoler de ma mort, car il y a bien de quoi. Je les ai bien aimés sept ans et j’ai aussi eu d’eux trois beaux enfants.
NOTES: P. 195, v. 5027-5038 ; trad. p. 77.
SOURCE: Anonyme, Amadas et Ydoine. Champion, éd. John R. Reinhard: Paris, 1974.Les traductions sont celles de Jean-Claude Aubailly, Paris, Champion, 1986.
CHERCHEUR/E: Jeay M.