Satorbase

TIERS_SAUVER_FEMME_DE_VIOLENCES
PHRASE:Un tiers intervient pour sauver une femme des violences d'une autre personne.
OCCURRENCE: 104568 provisoire
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: [Ovide] vit une belle et jeune personne, qui s'arrachant des bras d'un homme qui s'éforçoient de la retenir, couroit à la rencontre d'Ovide. Il se mit entre cette Dame, et l'homme qui la poursuivoit, et retenant cet homme par le bras; Qui que vous soïez, lui dit-il, qui voulez faire violence à cette jeune personne, vous choisissez mal vôtre lieu pour executer un si lâche dessein. Cette Isle est habitée par un nombre de braves gens passionnez pour ce beau sexe, qui périroient tous avant que de souffrir qu'on lui fit aucune injure. Cet homme me répondit pas au discours d'Ovide que par un profond soûpir, et se laissant tomber sur le sable, il fit juger au Romain par la pâleur dont il lui vit le visage couvert, et par des soüillures de sang qu'il appercût sur ses habits, qu'il étoit dangereusement blessé
NOTES: [(Page & Tome) 435, 2] Cie des Libraires p. 127-28
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Exilez de la cour d'Auguste. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104554 provisoire
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Sicamber à Artambare : "je vous dirai que ne voulant pratiquer aucune des injustices que je condamne, je ne puis remettre Cleonice en vôtre puissance, si elle ne veut bien en demeurer d'accord. Je puis bien lui rendre la liberté, si vous la rendez à mon fils, j'y joindrai même celle de vôtre Neveu, si ce n'est pas assez de la sienne, mais je ne puis point la livrer à un homme qui n'est ni son pere, ni son mari, et qui apparemment ne la demande que pour lui faire quelque violence, puisqu'il se sert de moyens si violens, pour l'obtenir."
NOTES: [(Page & Tome) 142, 1] Cie des Libraires p.543-44
SOURCE: Villedieu (Mme de),Desjardins, Cléonice, ou le roman galant. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104560 accreditee
CONTEXTE: On est sur le point de sacrifier Déodamie à Iphigénie, selon la coutume de l'île qui préconise que toutes les vierges étrangères soit sacrifiées. Agète intervient.
COTEXTE ET CITATION: Je ne laissai pas de lui [au prêtre] dire que cette personne n'étoit point soûmise aux coûtumes de son Païs, et que c'étoit ma femme.
NOTES: [(Page & Tome) 399, 2] Cie des Libraires p.497
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Annales galantes de Grèce (Les). Godenne/Oeuvres complètes de Slatkine: 1670.
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104566 accreditee
CONTEXTE: Iphile rencontre par hasard l'homme qui est en train d'enlever Cinthie.
COTEXTE ET CITATION: Je vous laisse à juger, Seigneur, quel il devine à cette vûe ; il fit un grand cry, et tirant promptement son épée, il courut au devant de cet inconnu, et lui en déchargea un si furieux coup sur la tête, qu'il le renversa tout étendu sur le sable, et le contraignit d'y laisser tomber Cinthie : mais à peine avoit-il remporté cet avantage, que le compagnon de celui qu'Iphile venoit d'abbattre, arriva dans cet endroit, et y trouvant son ami dans cet état, il fondit sur Iphile avec tant de violence, que s'il eût eu à faire à un homme moins vaillant que lui, il s'en seroit bien-tôt délivré. Mais comme Iphile étoit extrêmement brave, et de plus animé par le desir de secourir sa maîtresse, il reçût les premiers coups de son ennemi d'une maniere à lui faire connoître qu'il n'étoit pas aisé à vaincre. Leur combat fut opiniâtre, et la victoire quelque tems douteuse : mais enfin Iphile la remporta toute entiere ; car ayant heureusement trouvé un passage à son épée, il l'enfonça jusques à la garde dans le corps de son ennemi, et le renversa mort sur la poussiere.
NOTES: [(Page) 241-2] Slatkine p. 1,467-68
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Alcidamie. Compagnie des Libraires: Paris, 1720-1.
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104562 provisoire
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Un party de la Garnison de Lorsque, avoit enlevé à quelques Chevaliers Mauresques, une trés-belle fille qu'ils conduisoient, et vint passer assez proche des Abencerrages, pour leur donner occasion d'empêcher cette violence. Ils n'étoient que deux...mais la veritable bravoure ne raisonne pas sur le nombre, et ils se virent bien-tôt secondez par un inconnu, et par deux passans qui seroient facilement venus à bout d'une entreprise plus perilleuse. Les Cavaliers de Ferdinand ployerent, et la Dame étant delivrée.
NOTES: [(Page) 577-8] Slatkine: 1,551-52
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Galanteries grenadines (Les). Compagnie des Libraires: Paris, 1720-1.
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104572 accreditee
CONTEXTE: Nimphidius s'explique à Agarithe.
COTEXTE ET CITATION: Je ne suis Romain que de nom et par adoption; je suis originaire du Païs des Longres. Leur denier Roi qui étoit un Prince tres-pieux, et qui a cedé comme ses voisins, au torrent de la fortune de Rome, m'envoya secrettement ici il y a quelques années, pour y racheter les Princesses et Dames de Germanie, que les Romains feroient captives. Je cachai le secret de ma commission sous les fausses apparences qui vous ont causé tant de frayeurs ; et le Roi des Longres étant mort, et m'ayant laissé de grandes sommes d'Argent pour continuer mon commerce, je l'ay toûjours fait si heureusement qu'aucun Romain n'en a découvert le mistere, et que j'ay sauvé de la violence des vainqueurs, toutes les personnes qui ont bien voulu s'y dérober.
NOTES: [(Page & Tome) 493, 2] Cie des Libraires p.359
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Exilez de la cour d'Auguste. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104998 accreditee
CONTEXTE: Perselide/Ardélie raconte la suite de son histoire à Théocrite ; sur l'île, elle voit apparaître Tessandre.
COTEXTE ET CITATION: Je fis des cris à cette rencontre, capables de toucher tout autre homme que le Prince qui les entendoit ; mais lui sans témoigner y être sensible en la moindre maniere du monde, ordonna à cinq ou six hommes de se saisir d'Ariante, et de la traîner hors d'auprès de moi, et m'abordant avec une action qui m'annonçoit déja mon infortune toute entiere, il se fût porté aux dernieres extrémitez de l'injustice et de la brutalité, sil n'en eût été empêché par l'arrivée d'Hermocrate.
NOTES: [(Page & Tome) 378, 1] Cie des Libraires p. 459-60
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Carmante. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104558 accreditee
CONTEXTE: Albirond regrette en quelque mesure la trahison qu'il fait à son ami Mahemet, et aurait bien voulu mourir.
COTEXTE ET CITATION: S'il n'eût songé que par sa mort il laissoit Uranie exposée à une violence dont il drévoyoit [sic prévoyait] de terribles effets.
NOTES: [(Page) 503] Slatkine vol, page: 2,254
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Nouvelles afriquaines (Les). Compagnie des Libraires: Paris, 1720-21.12 tomes?
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104564 accreditee
CONTEXTE: Iphile voit qu'on essaie d'enlever Cinthie une seconde fois.
COTEXTE ET CITATION: Iphile voïant cette action, se saisit de l'épée de celui qu'il venoit de tuer, et courant precipitamment dans le lieu où il remarquoit que Cinthie avoit besoin de son secours : Arreste, barbare, s'écria-t'il, arreste, et respecte en cette personne l'ouvrage des Dieux le plus accompli. Comme il acheva ces mots, son cheval qui avoit reçû une trés-grande blessure au combat precedent, s'abbatit sous lui si inopinément, que tout ce qu'il pût faire, ce fut de se dégager des étriers. Quand il se vit à pied, et sans autres armes qu'une épée contre un homme admirablement bien monté, et qui avoit dequoi se défendre de ses coups, il crût qu'il verroit enlever sa maîtresse à ses yeux sans pouvoir l'empêcher ; et cette pensée, le rendant à demi furieux il se mit entre Cinthie et son ravisseur, et la regardant avec beaucoup d'amour : Je ne serai peut-être pas assez heureux pour vous sauver, Madame, lui dit-il ; mais j'aurai du moins la gloire de mourir pour vous. En disant ces paroles, il se saisit des rênes de la bride du cheval de cet homme ; il lui donna une forte secousse pour l'obliger à se cabrer, et dans le même moment il coupa les rênes de la bride qu'il tenoit, à quatre doigts du mors ; de sorte que cet animal qui étoit fougueux et qui n'était plus retenu par aucune chose, prit la fuite, et emporta son maître avec tant de promptitude, qu'Iphile le perdit de vûe dans un instant.
NOTES: [(Page) 242-3]
Slatkine p. 1,468
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Alcidamie. Compagnie des Libraires: Paris, 1720-1.
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 105000 accreditee
CONTEXTE: Perselide/Ardélie raconte la suite de son histoire à Théocrite ; elle refuse encore les avances de Tessandre ; de la violence verbale de sa part précède ses gestes.
COTEXTE ET CITATION: Je ne sçai si ce discours imperieux... augmenta l'amour de Tessandre, ou si ce Prince qui étoit le plus emporté de tous ceux qui vivent, fut outré de ma résistance à ses volontez ; mais à peine avois-je achevé de parler, qu'il jetta ses bras à mon col, et m'exprimant la brutalité de ses desirs par des regards embrasez d'un feu détestable, il m'arracha par force quelques baisers ; et il se fût porté sans doute à une violence plus grande, si Antenor ne s'y fût opposé.
NOTES: [(Page & Tome) 374, 1] Cie des Libraires p. 442-3
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Carmante. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104574 accreditee
CONTEXTE: Arianire à Cléonice, évoque le momentCélidor, alors inconnu, avait sauvé Cléonice de son père à lui, le général ennemi, Sicamber.
COTEXTE ET CITATION: quoi, Madame...appelez-vous une avanture funeste pour vous d'avoir été arrachée à la brutalité d'un Soldat ennemi, et délivrée des fers d'un General irrité, qui auroit crû toutes choses permises à sa vengenace, aprés ce qu'il a éprouvé des effets de la vôtre ?
NOTES: [(Page & Tome) 125, 1] Cie des Libraires p. 475
SOURCE: Villedieu (Mme de),Desjardins, Cléonice, ou le roman galant. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104570 accreditee
CONTEXTE: On est prêt à embarquer Agarithe sur un bateau du marchand qu'on veut lui faire épouser.
COTEXTE ET CITATION: On me prit, on me traîna dans un des vaisseaux de ce même Marchand.... J'avois veu repartir le vaisseau qui m'avoit amenée. J'entendois déja les commandemens qu'on fait quand on veut lever l'ancre ; et enfin je n'avois plus d'espoir qu'en cette même protection des Dieux qui à Rome m'avoit fait trouver Nimphidius, lors que je le vis entrer dans une chambre où on m'avoit mise, et avec lui, Herennius. Le moment et le lieu n'étoient pas propres à faire un long discours. Nimphidius me dit en peu de paroles que le Ciel me rendoit mon Amant, et qu'il me le ramenoit si repentant de sa faute, que fut-elle plus grande, ce repentir devroit l'éfacer.
NOTES: [(Page & Tome) 497, 2] Cie des Libraires p. 374
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Exilez de la cour d'Auguste. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104552 chantier
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: [Simas parle] 'Je sçûs cet ordre si-tôt qu'il fut executé, et courant chez Artemis en diligence, j'y arrivai comme on étoit sur le point de mener Iphise dans une prison séparée de celle de son mari, afin de tâcher à tirer de sa bouche, ce qu'on craignoit de ne pouvoir arracher de celle d'Artemis.[description de la beauté d'Iphise en déshabillé]...A peine étois-je entré dans sa chambre, que ceux qu'on envoïoit pour l'en arracher, y arriverent: je m'opposai à leur passage vigoureusement; et mon nom qui étoit en quelque estime parmi les Megariens, aïant attiré une foule de peuple à mon secours ; je tirai Iphise de sa maison, et la mettant dans un chariot, je la conduisis dans une place que je commandois, où je protestai de la défendre contre la persecution des Tyrans jusques à mon dernier soûpir
NOTES: [(Page & Tome) 321-23, 1]
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Carmante. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 104556 chantier
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Le galant Rapporteur 'crût que je le l'aimerois jamais assez, si je n'étois persuadée qu'il fût brave, et dans cette imagination, un soir que nous devions courir le Bal, il aposta trois hommes pour attaquer nôtre Carosse, et pour fuïr aussi-tôt qu'il se mettroit en défense. La bravoure avoit réüssi, et même au-delà de ce qu'il esperoit; car avant que ces voleurs apostez fussent venu exorcer son courage, trois autres qui n'avoient pas promis de fuïr, nous avoient effectivement volez, et il s'étoit lancé sur eux avec toute l'audace d'un homme qui se méprenoit; c'étoit à la verité pour s'en faire battre, et même d'une maniere pitoyable, comme il arriva; mais n'importe, au moins sa hardiesse que je crus sans artifice m'avoit dupée, et un si bon effet consoloit des coups receus.
NOTES: [(Page) 150-1]
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Mémoires de la Vie de Henriette Sylvie de Molière. Paris: 1671-72.
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.