Satorbase

RECEVOIR_BLESSURE_AU_COMBAT
PHRASE:Un personnage est blessé à la suite d'un combat.
OCCURRENCE: 104416 accreditee
CONTEXTE: Frédélingue tente de délivrer une femme emprisonnée par Fermane. Un combat s'ensuit. L'échec est alors complet. Frédélingue est découvert, doit se défendre, et est gravement blessé.
COTEXTE ET CITATION: Après ces mots, il m'attaqua avec une intrépidité surprenante. Je voulus, pendant quelques moments, ménager sa vie, et ne faisais que parer ses coups. Je me sentis blessé ; mon sang qui coulait m'irrita ; je le pressai : je reçus encore une nouvelle blessure.
NOTES: [(Page& Partie) 278, V]
SOURCE: Marivaux (Pierre Carlet de), Effets surprenants de la Sympathie (Les). Paris: Gallimard, La Pléiade, 1972.Dans Oeuvres de jeunesse, éd. F. Deloffre et C. Rigault.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 104412 accreditee
CONTEXTE: Clorante attaqué par des brigands est gravement blessé en se défendant.
COTEXTE ET CITATION: Clorante se défendit avec le courage et la prudence d'un homme fait au danger. Il avait déjà renversé un de ses ennemis : mais il perdait lui-même tant de sang, qu'il allait être la victime des deux autres si quatre cavaliers qui escortaient une chaise n'étaient venus à son secours.
NOTES: [(Page& Partie) 24, I] [ancien: BLESSURE]Voir aussi: BRIGANDS ATTAQUER
SOURCE: Marivaux (Pierre Carlet de), Effets surprenants de la Sympathie (Les). Paris: Gallimard, La Pléiade, 1972.Dans Oeuvres de jeunesse, éd. F. Deloffre et C. Rigault.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 200118 accreditee
CONTEXTE: Gauvain blesse le Gardien des Passages de Gauvoie.
COTEXTE ET CITATION: Tantost li chevaliers s'eslaisse,
Sanz desfience et sanz menace,
Lo cheval point, l'escu embrace.
<citation>Et mes sire Gauvains s'adrece
Vers lui, sel fiert si qu'il lo blece
El braz et el costé molt fort,citation>
Mais ne fu pas navrez a mort [...]

Sans un mot de défi ni de menace, le chevalier s'élance aussitôt, piquant des deux, l'écu au bras. Monseigneur Gauvain se dirige aussi vers lui et lui porte un tel coup qu'il le blesse grièvement au bras et au côté, mais la blessure ne fut pas mortelle [...]
NOTES: Éd. et trad. Charles Méla, Paris, Le Livre de poche, 1990. vv. 8308-8314.
SOURCE: Anonyme, Orson de Beauvais. .
CHERCHEUR/E: Dutton, D.