Satorbase

PUNIR_VIOL
PHRASE:Un viol est puni.
OCCURRENCE: 305881 accreditee
CONTEXTE: Une jeune villageoise violée par un gentilhomme de la suite du prince de Charles de Valois, vient s’en plaindre auprès de lui.
COTEXTE ET CITATION: Le lendemain cette fille esploree, accompagnee de son pauvre pere, se va jetter aux pieds du duc pour le supplier de chastier la meschanceté du gentil-homme, qui en sa presence, & comme sur son visage avoit commis un rapt si plein d’insolence, & si digne d’estre puny.
NOTES: Page 139.
SOURCE: Camus Jean-Pierre, Les spectacles d'horreur. Genève: Slatkine Reprints, 1973.Réimpression de l\'édition de Paris, 1630.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 104210 chantier
CONTEXTE: La justice condamne à la prison un homme qui avait tenté de violer une femme. La servante qui l'avait aidé est condamnée à mort.
NOTES: [(Page & Chapitre & To) 428-439, II]
SOURCE: Camus (Jean-Pierre), Evénements singuliers (Les). J. Caffin et Fr. Pleignard: Lyon, 1628.
CHERCHEUR/E: Vernet M.
OCCURRENCE: 200153 accreditee
CONTEXTE: À Gauvain qui est surpris de la haine de Greorreas qu’il vient de sauver de la mort, ce dernier rappelle les circonstances de leur première rencontre.
COTEXTE ET CITATION: Ne te sovient il de celui
Cui tu feïs si grant henui
Que li feïs contre son pois
Avec les chiens mangier un mois,
Les mains liées tres le dos ?
Saiches que tu feïs que fox,
Car orendroit grant honte i as.
–Iés tu donc ce Greorreas,
Qui la damoisele preïs
Par force et ton bon en feïs ?
As-tu oublié celui
contre lequel tu t’acharnas
et que tu contraignis, tout un mois,
à manger avec les chiens,
les mains liées derrière le dos ?
Sache-le, tu as agi en sot,
car maintenant te voilà dans la honte !
– Est-ce donc toi, Greorreas,
toi qui avais pris de force
la demoiselle, pour en faire ton plaisir ? (496)
NOTES: P. 496, vv. 7025-7034
SOURCE: Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal. Paris: Lettres Gothiques, 1990.Edition et trad. Charles Méla
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305734 accreditee
CONTEXTE: Les villageois s'entendent pour punir les soldats qui, avec leur capitaine, ont violé la fille de leur hôte.
COTEXTE ET CITATION: Aussitôt qu'il fut jour, les paysans s'assemblèrent et tinrent conseil de quelle façon ils expédieraient leurs prisonniers : il fut conclu que de vingt-cinq ou trente qu'ils tenaient, il n'y en aurait aucun qui pût avoir la vie, mais que tous périraient avec des trourments les plus cruels qu'ils pourraient inventer.
NOTES: Page 129.
SOURCE: Camus Jean-Pierre, Trente nouvelles. Paris: Vrin, 1977.Il s\'agit d\'une sélection tirée de plusieurs recueils et présentée par René Favret.
CHERCHEUR/E: Jeay M.