Satorbase

GUERISON_PAR_SEXUALITE
PHRASE:Un malade ne peut trouver la guérison qu'en accomplissant l'acte sexuel.
OCCURRENCE: 103738 accreditee
CONTEXTE: Un jeune marié champenois, donc benêt, ne sait pas comment se comporter avec sa jeune femme. La santé de celle-ci s'en ressent. Le médecin consulté avec la complicité de la mère de la mariée, lui donne le conseil qui lui permettra d'être un mari compétent.
COTEXTE ET CITATION: [Il faut,] dit le medicin, qu'elle ayt compaignie d'homme, ou elle est morte. Compaignie d'homme! dit l'aultre, et qu'est ce a dire cela ? C'est a dire, dit le medecin, qu'il fault que vous montiez sur elle et que vous la roncynez tresbien trois ou quatre foiz tout a haste. Et le plus que vous pourrez a ce premier faire sera le meilleur. Aultrement ne sera point estaincte la grant ardeur qui la seche et tire a fin.
NOTES: [(Page & Nouvelle) 136, 20]
SOURCE: Anonyme, Cent nouvelles nouvelles (Les). Droz, éd. Sweetser: Genève, 1966.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 103752 accreditee
CONTEXTE: En temps d'épidémie de peste, une jeune fille affectée par la maladie, décide de connaître le plaisir avant de mourir. Elle aura donc trois amants dont deux mourront de contagion. Elle guérira.
COTEXTE ET CITATION: On me fait entendre que la façon du faire est tant plaisante que je plains et complains mon gent et jeune corps qu'il fault pourrir sans avoir eu ce desiré plaisir. Et a la verité dire, ma bonne voisine, <CITATION> il me semble si je peusse quelque pou sentir avant ma mort, ma fin en seroit plus aisee et plus legiere a passer, et a mains de regret. ... Et disent les maistres qu'elle eschappa de mort a cause d'avoir senty des biens de ce monde CITATION>.
NOTES: [(Page & Nouvelle) 138-151, 55]
SOURCE: Anonyme, Cent nouvelles nouvelles (Les). Droz, éd. Sweetser: Genève, 1966.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 103740 accreditee
CONTEXTE: L'abbesse d'un couvent est au bord de la mort et instruite par le médecin du seul remède qui la sauvera. Elle ne s'y résoudra que lorsque les autres religieuses se seront engagées à partager le péché.
COTEXTE ET CITATION: "Et ne m'a le medicin point ordonné de regime? dit madame. Si a, dit elle." Lors luy va dire tout au long comment le medicin avoit veu son urine, et les demandes qu'il fist de son eage, de son menger, de son dormir, etc. "Et puis, pour conclusion, il dit et ordonne qu'il fault que vous aiez compaignie charnelle avecques homme, [ou] bref aultrement vous estes morte : car a vostre maladie n'a point d'aultre remede."
NOTES: [(Page & Nouvelle) 140, 21]
SOURCE: Anonyme, Cent nouvelles nouvelles (Les). Droz, éd. Sweetser: Genève, 1966.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 103754 accreditee
CONTEXTE: Un mari se désole parce que sa femme est à l'article de la mort. Il la guérit grâce au remède qu'elle lui indique.
COTEXTE ET CITATION: Pensez vous qu'en ce monde cy soit medicine qui plus puisse aider et susciter la maladie d'entre nous femmes que la doulce et amoureuse compaignie des hommes ? Me voiez vous bien deffaicte et seche par grefté de mal ? Aultre chose ne m'est mestier que compaignie de vous. Ho! dit l'aultre, je vous gariray prestement." <CITATION>Il sault sur le lit, et besoigna le mieulx qu'il peut ; et tantost qu'il eut rompu deux lances, elle se leve et se mist sur ses piez CITATION>.
NOTES: [(Page) 516-17]
SOURCE: Anonyme, Cent nouvelles nouvelles (Les). Droz, éd. Sweetser: Genève, 1966.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 200065 accreditee
CONTEXTE: Voici la malédiction que fait semblant d’infliger au comte de Nevers la sorcière qui se fait passer pour la Parque Atropos.
COTEXTE ET CITATION: Si li destinai par grant ire
Que, <CITATION>quant il feme espouseroit
Et ensemble avoec li giroit,
Si tost com son bon aroit fait,
Ja puis n’aroit joie ne hait,
Car en cel an a duel morroit.CITATION>
Riens de cest mont ne l’en garroit.
?Je lui ai prédit un destin tel que, quand il aurait épousé une femme et qu’il partagerait sa
couche, sitôt qu’il aurait assouvi son désir sexuel, il n’éprouverait plus ni joie, ni plaisir car il
mourrait de douleur dans l’année même. Rien en ce monde ne pourrait l’en préserver. Il lui faudra
mourir sans rémission. (44)
A morir finement l’estuet.
NOTES: P. 110, vv. 2222-2229
Cette occurrence est un intéressant exemple d’inversion de topos. Ici la relation sexuelle ne guérit pas mais apporte la mort.
SOURCE: Anonyme, Amadas et Ydoine. Champion, éd. John R. Reinhard: Paris, 1974.Les traductions sont celles de Jean-Claude Aubailly, Paris, Champion, 1986.
CHERCHEUR/E: Jeay M.