Satorbase

DERNIERE_LETTRE_AVANT_MOURIR
PHRASE:Pressentant sa mort, un personnage écrit et envoie sa dernière lettre.
OCCURRENCE: 103532 accreditee
CONTEXTE: Trompée par Valmont , déçue et gravement malade, Mme de Tourvel écrit sa dernière lettre avant de mourir.
COTEXTE ET CITATION: p. 353: "Je vous écris de la chambre de votre malheureuse amie, dont l'état est à peu près toujours le même. [...] Il paraît cependant que la tête est un peu revenue la nuit dernière. La femme de chambre m'a informée ce matin, qu'environ vers minuit, <CITATION>sa maîtresse l'a fait appeler; qu'elle a voulu être seule avec elle, et qu'elle lui a dicté une assez longue lettre.CITATION> Julie a ajouté, que, tandis qu'elle était occupée à en faire l'enveloppe, madame de Tourvel avait repris le transport : en sorte que cette fille n'a pas su à qui il fallait mettre l'adresse. [...] J'y ai trouvé l'écrit que je vous envoie, qui en effet ne s'adresse à personne pour s'adresser à trop de monde."
pp. 354-5 : "Lettre CLXI : La Présidente de Tourvel à ... (Dictée par elle et écrite par sa femme de chambre.)"
NOTES: [(Page & Lettre) 353-5]
SOURCE: Laclos (Choderlos de), Liaisons dangereuses (Les). Paris: Gallimard (Pléiade), 1979.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 103530 chantier
CONTEXTE: Deuxième et dernière lettre de Daphnis écrite la veille de sa mort: il décrit ses symptômes physiques, puis son regret de n'avoir jamais pu se faire aimer d'elle, enfin ses propres tribulations dans la vie.
NOTES: [(Page) 64]
SOURCE: Anonyme, Amarante, ou le triomphe de l'amitié, par Madame***. Claude Jombert: Paris, 1715.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Assaf F., Weil M.
OCCURRENCE: 305342 accreditee
CONTEXTE: Après la mort de Julie, M. de Wolmar insère dans la lettre qu’il envoie à St. Preux pour lui annoncer la nouvelle, celle qu’elle lui a écrite avant de mourir. Elle lui avoue que son amour pour lui est toujours vivant.
COTEXTE ET CITATION: Oui, j’eus beau vouloir étouffer le premier sentiment qui m’a fait vivre, il s’est concentré dans mon cœur. Il s’y réveille au moment qu’il n’est plus à craindre ; il me soutient quand mes forces m’abandonnent ; il me ranime quand je meurs.
NOTES: t. II, p. 385
SOURCE: Rousseau (Jean-Jacques), La Nouvelle Héloïse. Paris: Gallimard, 1993.Édition d\'Henri Coulet