Satorbase

RESSENTIR_AMOUR_PROVOQUER_MALADIE
PHRASE:L'intensité de l'amour provoque les malaises physiques du personnage
OCCURRENCE: 103474 chantier
CONTEXTE: Callirhoé est malade d'amour, prostrée sur son lit où elle pleure des jours durant, en silence. Apprenant qu'on veut la marier à un inconnu, elle en perd la vue, le souffle et la parole.
NOTES: [(Page) 52]
SOURCE: Chariton, Chairéas et Callirhoé. Romans grecs et latins: Paris, .
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: 306046 accreditee
CONTEXTE: Énumération des symptômes de la maladie d’amour de Guillaume.
COTEXTE ET CITATION: La seue amor m’a si fort jostisié
Ne puis dormir par nuit ne someillier
Ne si ne puis ne boivre ne mengier
Ne porter armes ne monter sor destrier
N’aller a messe ne entrer en mostier.

L’amour que j’ai pour elle me domine à tel point que je ne puis dormir la nuit ni sommeiller ; je ne puis boire ni manger, ni porter des armes, ni monter sur un destrier, ni aller à la messe, ni entrer dans une église.
NOTES: Vers 370-374.
SOURCE: Anonyme, La Prise d'Orange. Paris: Champion, 2010.Édition et traduction par Claude Lachet.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305393 accreditee
CONTEXTE: La passion qu'Amadas ressent pour Ydoine est si violent qu'il en tombe malade.
COTEXTE ET CITATION: Car pres de mort le voit ataint.
Li chevalier, li damoisel,
Les puceles et li dansel
Le plaignoient, car n’ot confort
En lui fors la proçaine mort,
Tant a grevex mal et cruel.

Elle le voit aux portes de la mort. Les chevaliers, les écuyers, les damoiseaux et les damoiselles le plaignaient car il ne pouvait espérer de soulagement tant il était la proie d’un mal incurable et cruel.
NOTES: P. 23, vv. 322-27.
Le topos de la maladie d’amour qui conduit l’amant aux portes de l’amour va de pair avec celui de la femme comme guérisseuse qui est évoqué précédemment dans le texte lorsqu’il dit que les médecins de Montpellier ou de Salerne n’y peuvent rien. Note. Autres manifestations, p. 38 (25), 53, 55 (28), 120 (48), 131 (52)
SOURCE: Anonyme, Amadas et Ydoine. Champion, éd. John R. Reinhard: Paris, 1974.Les traductions sont celles de Jean-Claude Aubailly, Paris, Champion, 1986.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 103470 accreditee
CONTEXTE: Chairéas vient d'être frappé d'un coup de foudre pour Calirhoé.
COTEXTE ET CITATION: Héros blessé à mort, il a honte de tomber mais ne peut plus se tenir debout.
NOTES: [(Page) 51] page dans l'éd. Molinié
SOURCE: Chariton, Chairéas et Callirhoé. Romans grecs et latins: Paris, .
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: 103476 chantier
CONTEXTE: Silvie aime passionnément Des Frans, son époux secret. Lorsqu'il se venge de son incompréhensible adultère et que Silvie (en fait innocente) enfermée dans son cachot comprend que Des Frans sait ce qui s'est passé, elle s'évanouit et reste prostrée "seize heures'.
NOTES: [(Page & Partie) H 6] manque le co-texte
SOURCE: Challe Robert, Illustres Françaises (Les). Genève: Droz, 1991.Edition Frédéric Deloffre et Jacques Cormier
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: 103472 chantier
CONTEXTE: Lorsque Des Frans rencontre Silvie, le "coeur" lui manque, sa "pâleur" témoigne de son "altération" et fait craindre pour sa santé. Blessé encore par la trahison de Silvie, il est d'abord paralysé par ses émotions.
COTEXTE ET CITATION: Je me trouvai dans un état si pitoyable, et si faible, que je fus obligé de frapper à deux portes de [???] où je vis de la lumière, d'où j'envoyai chercher une chaise pour me rapporter au logis."
NOTES: [(Page & Partie) H 6]
SOURCE: Challe Robert, Illustres Françaises (Les). Genève: Droz, 1991.Edition Frédéric Deloffre et Jacques Cormier
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: 200186 accreditee
CONTEXTE: Jehan explique son état de malaise à Blonde qui est venue s’enquérir de sa santé sans lui avouer qu’il s’agit du mal d’amour.
COTEXTE ET CITATION: Je me suis dusk’a l’os colpés
Mais ne me caut ce cele plaie ;
Je croi qu’autre maladie aie,
Car trestout descoragiés sui,
Ne pauc mengier ne hier ne hui ;
Si senc a mon cuer grant contraire
Que je ne sai que je doie faire. [...]
Dame, vous en portés le clef
De ma vie er de ma santé
Dont je sui en tel orfenté.

Je me suis coupé jusqu’à l’os ; mais peu importe cette blessure. Je crois que j’ai une autre maladie, car je n’ai plus le coeur à rien. Je n’ai rien pu manger hier ni aujourd’hui et je me sens si las que je ne sais que faire. [...] Dame, c’est vous qui détenez la clé de ma vie et de ma santé qui me fait cruellement défaut.
NOTES: P. 44, v. 600-606 ; 614-616 ; trad. p. 38.
SOURCE: Philippe de Rémi, Jehan et Blonde. Champion: Paris, 1984.Edition Sylvie Lécuyer
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 200187 accreditee
CONTEXTE: Jehan somatise fortement son amour avec Blonde impossible à cause de la mésalliance qui la rend inaccessible pour lui.
COTEXTE ET CITATION: Amors li fait faire tor maint.
Petit menguë, petit dort,
Petit espoire de confort,
Petit mais son afaire prise,
Petit cuide avoir de s’emprise,
Petit prise mais son afaire,
Petit cuide mais son bon faire.
Ne peut mangier vin ne viande
Fors quant sa dame li commande.

C’est Amour qui est cause de ces perpétuelles sautes d’humeur. Sans appétit, sans sommeil, sans espoir de réconfort, il se fait désormais peu d’illusions, il a peu d’espoir d’obtenir quoi que ce soit, et peu de chance d’avoir ce qu’il désire. Il ne peut plus boire de vin ni s’alimenter si ce n’est quand la dame le lui commande.
NOTES: P. 45, v. 651-662 ; trad. p. 39.
SOURCE: Philippe de Rémi, Jehan et Blonde. Champion: Paris, 1984.Edition Sylvie Lécuyer
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305339 accreditee
CONTEXTE: St. Preux fait l’aveu de son amour à Julie.
COTEXTE ET CITATION: Cependant je languis et me consume ; le feu coule dans mes veines ; rien ne saurait l’éteindre ni le calmer, et je l’irrite en voulant le contraindre. Je dois être heureux, je le suis, j’en conviens ; je en me plains point de mon sort ; tel qu’il est je n’en changerais pas avec les Rois de la terre. Cependant un mal réel me tourmente, je cherche vainement à le fuir ; je ne voudrais point mourir, et toutefois je me meurs ; je voudrais vivre pour vous, et c’est vous qui m’ôtez la vie.
NOTES: T. I, p. 98
SOURCE: Rousseau (Jean-Jacques), La Nouvelle Héloïse. Paris: Gallimard, 1993.Édition d\'Henri Coulet
OCCURRENCE: 305476 accreditee
CONTEXTE: Séparé de Blanchefleur et envoyé chez sa tante Sébille, Floire se rend bien compte qu’il a été berné par ses parents et tombe malade d’amour.
COTEXTE ET CITATION: Atant laist le mangier ester
et tot le rire et le jüer,
le boire laist et le dormir.
Cil se criement de son morir.
NOTES: P. 29, v. 397-400.
SOURCE: Anonyme, Floire et Blanchefleur. Jean-Luc Leclanche, Champion: Paris, 1980.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305506 accreditee
CONTEXTE: Ipomédon vient de tomber amoureux de La Fière et en pert le boire et le manger.
COTEXTE ET CITATION: Sovent tresaut & et tut c’espert,
Le manger et le beivre pert.
NOTES: P. 13, v. 785-786.
SOURCE: Hue de Rotelande, Ipomedon. Slatkine: Genève, 1975.Réimpression de l'édition de E. Kölbing, Breslau, 1889
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305535 accreditee
CONTEXTE: Melior, la fille de l'empereur de Rome, est tombée amoureuse de Guillaume, l'enfant trouvé que son père a ramené à la cour et qui y a grandi.
COTEXTE ET CITATION: Diex, quex maus est dont tant me duel,
Qui si me fait estendillier
Et souspirer et baaillier
Et refroidier et reschaufer,
Muer color et tressuer
Et trambler tot en itel guise,
Comme se fievre m’estoit prise ?
NOTES: P. 63, v. 838-842.
Sire, bien sai a esciënt
Qu’a la fin trai sans nul resort,
En moi n’a mais el que la mort.
C'est au tour de Guillaume d'être malade d'amour.
SOURCE: Anonyme, Guillaume de Palerne. Genève: Droz, 1990.Édition Alexandre Micha
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305603 accreditee
CONTEXTE: Landri s’est mis au service de l’empereur de Constantinople et vient d’être victorieux contre les païens. Salmandrine, la fille de l’empereur de Constantinople, est amoureuse de Landri au point d’en devenir malade.
COTEXTE ET CITATION: Li roi[s] ot.i. fille qui ot le cors gentil
Cui Salmadrine apelent li baron du païs
Sor tote rien sor terre ama cele Landri
Qu'el ne pooit mangier, reposer ne dormir.
Li rois la voit malmetre, empirier et morir;

Le roi avait une fille au beau corps noble, que les barons du pays appellent Salmandrine. Celle-ci aimait tellement Landri, au-dessus de toute chose sur la terre, qu'elle ne pouvait ni manger, se reposer ou dormir. Le roi la voit dépérir et, son état s'aggravant, en danger de mourir.

NOTES: P. 56, vers1440-1444.
SOURCE: Anonyme, Doon de la Roche. Paris: H.Champion, 1921.Edition de Paul Meyer et Gédéon Huet.
CHERCHEUR/E: Denis, Françoise