Satorbase

HOMME_VENGER(SE)_DE_TRAHISON_AMOUR
PHRASE:Une femme ayant trahi son amour, un homme se venge.
OCCURRENCE: 102626 accreditee
CONTEXTE: Sa première tentative de vengeance ayant échoué, Tisienus trouve une autre solution.
COTEXTE ET CITATION: Aprés diverses reflexions inutiles, et autant de projets qui ne faisoient qu'irriter le mal qu'il cherchoit à soulager, il s'avisa d'écrire à Cesar ce qu'il appeloit les desordres de sa Fille, et de l'avertir de l'assistance qu'elle recevoit de Sulpicie. Il esperoit par cet avis livrer Sulpicie au courroux de Cesar, et c'étoit une vengeance plus délicate que celle qu'il pouvoit prendre lui-même. Elle devoit encore s'étendre sur Ovide, ou du moins rendre suspects tous les avis qu'il donneroit contre Tisienus.
NOTES: [(Page & Tome) P. 505, t. 2. Cie des Libraires p. 409. La lettre ne sera pas portée à César et Crassus en divulguera le contenu à Ovide.
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Exilez de la cour d'Auguste. .
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 102624 accreditee
CONTEXTE: Tisienus est jaloux de sa femme Sulpicie et d'Ovide.
COTEXTE ET CITATION: Il n'est pas extraordinaire qu'un Epoux naturellement bizarre et soupçonneux, et qui trouve ses soupçons bien fondez, entre en fureur contre son Rival et contre son Epouse. Tisienus n'avoitmoins faire aprés la Lettre qu'il avoit leue, que de tâcher à poignarder Ovide, et d'ensevelir s'il lui avoit été possible, Sulpicie sous le même tombeau. Tous ces mouvemens sont naturels; et ceux de Tisienus avoient eu quelque chose de singulier, c'étoit sa méprise.
NOTES: [(Page & Tome) P. 505, t. 2. Cie des Libraires pp. 406-407.
Voir également les topoi sur la jalousie.
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Exilez de la cour d'Auguste. .
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 102630 accreditee
CONTEXTE: Ici le rival, c'est Sylvie déguisée.
COTEXTE ET CITATION: La Marquise qui l'entendit [le mari] la premiere comme il traversoit la salle, fit un grand cri, et passant au plus viste dans le jardin... me laissa seule exposée à toute la rage de son mari... Je me crus à la fin de mes jours ; cet homme d'autant plus furieux que sa femme lui étoit échappée, vint à moi l'épée haute, et me dit Ah traître! il faut mourir Tout ce que je pûs faire, fut de parer de mon mieux, autant de temps qu'il lui en falloit, pour changer le dessein de me tuer sur la place, en celui de me faire souffrir une mort plus longue et plus cruelle. Il me desarma, et appelant ensuite ses valets, pour me traiter plus indignement, il leur commanda de me dépoüiller. L'ordre étoit bizarre, chacun en peut penser ce qu'il voudra. Un mari qui ne tue point d'abord, se vange quelquefois d'une étrange sorte.
NOTES: [(Page) Pp.108-109.
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Mémoires de la Vie de Henriette Sylvie de Molière. Paris: 1671-72.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 102628 chantier
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Nostre Comte [Dom Garcie] ayant trouvé le Pelerin et la Pelerine dans un mesme lit, il n'eut besoin que d'un seul coup pour se deffaire de l'un et de l'autre.
NOTES: [(Page & Tome) 125, 1]
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Annales galantes (Les). 1670.
CHERCHEUR/E: