Satorbase

CRIS_FAIRE_ECHOUER_VIOL
PHRASE:Une personne parvient à déjouer un viol par ses cris
OCCURRENCE: 103758 chantier
CONTEXTE: Un amoureux éconduit par une jeune fille tente de la violer. Il se cache sous le lit de sa maîtresse avec l'aide d'une servante qu'il a séduite. Dès qu'elle est seule, il essaie de la violer mais aux cris de la victime toute la maisonnée, puis tout le voisinage, accourt.
NOTES: [(Page & Chapitre & To) 428-439]
SOURCE: Camus (Jean-Pierre), Evénements singuliers (Les). J. Caffin et Fr. Pleignard: Lyon, 1628.
CHERCHEUR/E: Vernet M.
OCCURRENCE: 200084 accreditee
CONTEXTE: Amadour, après avoir courtisé Floride pendant des années perd le contrôle de lui-même et essaie de la violer. Floride appelle sa mère au secours et réussit à échapper au viol.
COTEXTE ET CITATION: Et quand Floride vit que prières, raison ni larmes ne lui servaient, et qu'en telle cruauté poursuivait son méchant désir qu'elle n'avait enfin force d'y résister,s'aida du secours qu'elle craignait autant que de perdre sa vie et, d'une voix triste et piteuse, appela sa mère le plus haut qu'il lui fut possible.
NOTES: Nouvelle X, pp. 199-120. Voir aussi SÉDUIRE_ÉCHEC_VIOL.
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. Flammarion: Paris, 1982.
CHERCHEUR/E: Dutton, D.
OCCURRENCE: SB200140 ACCREDITEE
CONTEXTE: Et longuement écouta si en la chambre de la princesse qui était dessus y avait aucun bruit. Et quand il se put assurer que tout était en repos, il voulut commencer son doux travail. Et peu à peu abattit la trappe, qui était si bien faite et accoutrée de drap qu'il ne fit un seul bruit. Et par là monta à la chambre et ruelle du lit de sa dame, qui commençait à dormir. <citation>A l'heure, sans avoir regard à l'obligation qu'il avait à sa maîtresse, ni à la maison d'où était la dame, sans lui demanger congé ni faire la révérence, se coucha auprès d'elle, qui le sentit plus tôt entre ses bras qu'elle n'aperçut sa venue. Mais elle, qui était forte, se défit de ses mains en lui demandant qui il était, se mit à le frapper, mordre et égratigner, de sorte qu'il fut contraint, pour la peur qu'il eut qu'elle appelât, lui fermer la bouche de la couverture; ce qui lui fut impossible de faire car, quand elle vit qu'il n'épargnait rien de toutes ses forces pour lui faire une honte, elle n'épargna rien des siennes pour l'en engarder, et appela tant qu'elle put sa dame d'honneur qui couchait en sa chambre, ancienne et sage femme autant qu'il en était point, laquelle tout en chemise courut à sa maîtresse.citation>
COTEXTE ET CITATION: Un ami d'une princesse abuse de son hospitalité et pénètre dans la chambre de celle-ci par un stratagème avec le but de la "séduire".
NOTES: Flammarion, Paris, 1982, Nouvelle 4, pp. 68-69.
ANNOTATION: ACCREDITATION
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. [édition inconnu]..
CHERCHEUR/E: Dutton, D.
OCCURRENCE: 200087 accreditee
CONTEXTE: Lord Chester tente de violer Lucie mais la femme chez qui elle loge vient au secours.
COTEXTE ET CITATION: Il était déterminé ou à se venger d'elle, ou à la décider par des caresses qui ne pouvaient être en cette occasion que les plus cruelles insultes; mais la vigoureuse résistance de Lucie, et les cris perçants qu'elle poussa, ne lui laissèrent pas longtemps l'espérance de la vaincre. D'ailleurs la Yielding [...] courut au secours de cette infortunée, et le força d'abandonner son infâme projet.
NOTES: Édition avec Introduction de Jean DAGEN, Paris, Desjonquères, 1995, p. 83.
SOURCE: Crébillon (Claude P.-J.), Heureux orphelin (Les). [édition inconnu]..
CHERCHEUR/E: Dutton, D.
OCCURRENCE: 200086 accreditee
CONTEXTE: L'ingéniosité de Lucie qui sait discuter pour dissuader Rutland, son agresseur, la sauve de la situation menaçante.
COTEXTE ET CITATION: Là, transporté, et ne prenant plus de conseil que de ses désirs, il [Rutland] saisit Lucie avec une fureur qu'elle n'avait encore ni crainte ni éprouvée de sa part, et sans lui laisser le temps ni de s'alarmer ni de se défendre, il la couvrit de baisers si ardents, et si nouveaux pour elle [...] elle se servit de toutes les forces que son trouble et sa terreur lui laissaient pour échapper de ses bras et tomber à ses genoux. "Songez, lui dit-elle du ton le plus tendre et le plus pressant, que c'est une fille que vous avez jugée digne d'être votre femme que vous allez déshonorer."
NOTES: Édition avec Introduction de Jean DAGEN, Paris, Desjonquères, 1995, p. 67.
SOURCE: Crébillon (Claude P.-J.), Heureux orphelin (Les). Vasse: Bruxelles, 1754.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Dutton, D.
OCCURRENCE: 200085 accreditee
CONTEXTE: Soeur Marie Heroet échappe in extremis à un prieur lubrique qui essaie d'abord de la séduire, et ensuite de la violer.
COTEXTE ET CITATION: Et pour lui montrer le commencement du passe-temps qu'il demandait, la vint embrasser et essayer de la jeter sur un lit. Elle, connaissant sa méchante intention, se défendit si bien de paroles et de bras qu'il n'eut pouvoir de toucher qu'à ses habillements. A l'heure, quand il vit toutes ses inventions et efforts être tournés en rien, comme un homme furieux, et non seulement hors de conscience, mais de raison naturelle, lui mit la main sous la robe, et tout ce qu'il put toucher des ongles égratigna en telle fureur que la pauvre fille, en criant bien fort, de tout son haut tomba à terre, tout évanouie. Et à ce cri entra l'abbesse dans le dortoirelle était.
NOTES: Nouvelle XXII. Édition Flammarion, Paris, 1982, p. 227.
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. Flammarion: Paris, 1982.
CHERCHEUR/E: Dutton, D.
OCCURRENCE: 305424 accreditee
CONTEXTE: Fredélingue entend les imprécations de Parménie et vole à son secours.
COTEXTE ET CITATION: Sans doute qu'on lui manqua de respect.
NOTES: Partie III, p. 125.
SOURCE: Marivaux (Pierre Carlet de), Effets surprenants de la Sympathie (Les). Paris: Gallimard, La Pléiade, 1972.Dans Oeuvres de jeunesse, éd. F. Deloffre et C. Rigault.
CHERCHEUR/E: Gallouet C.
OCCURRENCE: 305456 accreditee
CONTEXTE: En chemin pour aller secourir la fille du roi Gringras, le Bel Inconnu entend des plaintes et se dirigeant dans leur direction, il voit auprès d’un feu deux géants en train de tenter de violer une jeune fille.
COTEXTE ET CITATION: Molt se conplaint et plore et brait
Come la riens qui painne trait :
Car un gaians molt la pressoit,
A force foutre le voloit,
Mais cele nel pooit soufrir ;
Mius se voloit laissier morir.

[Elle] se plaignait, pleurait et hurlait comme quelqu’un en grand danger. Le géant, en effet, la maintenait de toutes ses forces et voulait la violer ; mais elle aurait préféré mourir plutôt que d’en venir là.
NOTES: P. 22, v. 711-716 ; trad. p. 32.
SOURCE: Renaud de Beaujeu, Le Bel Inconnu. Champion: Paris, 1983.Edition G. Perrie Williams ; traduction par Michelle Perret et Isabelle Weill, Paris, Champion, 1991.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305593 accreditee
CONTEXTE: Lancelot est alerté par les cris de son hôtesse qu'un chevalier tente de violer. Il vient à sa défense et la libère.
COTEXTE ET CITATION: A tant d'une autre chanbre voit
L'uis overt et vient celle part
Et voit tot enmi son esgart
C'uns chevaliers l'ot anversee,
Si la tenoit antraversee
Sor le lit tote descoverte.
Cele qui cuidoit estre certe
Que il li venist en aïe
Crioit an haut : "Aïe ! Aïe !
Chevaliers, tu qui es mes ostes,
Se de sor moi cestui ne m'ostes,
Il me honnira veant toi.

Il aperçoit alors une autre chambre
dont la porte est ouverte, il s'avance par là
et, droit devant lui, il a le spectacle
de la demoiselle renversée par un chevalier
qui la tenait en travers du lit
amplement retroussée.
Elle qui, dans son esprit, ne doutait pas
qu'il viendrait à son secours,
criait à voix aiguë : "À l'aide ! À l'aide !
Chevalier, tu es mon hôte !
si tu ne me débarrasses de cet homme sur moi
il me deshonorera sous tes yeux.
NOTES: P. 108-109, v. 1062-1073.
SOURCE: CHRÉTIEN DE TROYES, Le chevalier de la charrette. Paris: Livre de Poche. Lettres gothiques, 1992.Édition et traduction Charles Méla
CHERCHEUR/E: Jeay M.