Satorbase

SUBIR_CATACLYSME_NATUREL
PHRASE:Les personnages sont victimes d'un cataclysme naturel (tempête, tremblement de terre, etc.).
OCCURRENCE: 306013 accreditee
CONTEXTE: Une tempête empêche les Grecs de partir : il faudra sacrifier Polyxène, la fille de Priam dont Achille était tombé amoureux.
COTEXTE ET CITATION: Aprés parlerent de l’aller,
Mes si orrible fu la mer,
Si ydose, si reversant,
Qu’en nule fin ne fet senblant
Que il ja mes dedenz entrassent
Que maintenant tuit ne neiassent.
Chascun jor iert si forz li venz
E par la mer tiels li tormenz,
Nus n’i entrast qui ne fust mort
Ne qui ja mes venist a port.
Les Grecs parlèrent ensuite de partir, mais la mer était si mauvaise, si déchaînée, si agitée qu’ils ne voyaient pas comment ils pourraient s’embarquer sans être aussitôt noyés. Chaque jour, le vent soufflait si fort, la tempête était si violente que personne n’aurait pu naviguer sans trouver la mort : impossible d’arriver à bon port.
NOTES: P. 622, v. 26375-84.
SOURCE: BENOÎT DE SAINTE-MAURE, Le Roman de Troie. Paris: Lettres Gothiques, 1998.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 305969 accreditee
CONTEXTE: Énée qui fuit la destruction de Troie est victime d'une tempête déclenchée par Junon hostile aux Troyens à cause du jugement de Pâris.
COTEXTE ET CITATION: Quant vit en mer ses anemis,
soudeement lor fist moleste :
en mer leva une tempeste
qui jusqu’à fons commut la mer.

Voyant en mer ses ennemis, elle résolut de leur nuire : elle déclencha une tempête qui bouleversa la mer jusque dans ses profondeurs.
NOTES: P. 56, v. 88-91. La description de la tempête se poursuit jusqu'au vers 171. C'est ainsi qu'Énée échouera aux rives de Carthage où il sera accueilli par Didon.
SOURCE: Anonyme, Roman d Énéas. Paris: Lettres Gothiques, 1997.
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 102140 chantier
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Timoléon: "nous touchions presque à nôtre proie, lorsqu'il survint une tempête, qui non seulement nous fit perdre la route de nos ravisseurs, mais qui aprés nous avoir battus deux jours entiers avec une violence épouvantable, jetta le vaisseau dans lequel nous étions, en I'Isle de Crete, si brisé de la mer, qu'il falut nous arrêter au premier Port pour le faire radouber.
NOTES: [(Page & Tome) 356, 1] Cie des Libraires p. 372-3
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Carmante. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 102142 accreditee
CONTEXTE: Muly raconte l'histoire de Haly Joseph.
COTEXTE ET CITATION: Nous fûmes surpris d'une tempête si furieuse, que nôtre vaisseau aprés avoit flotté trois jours entiers au gré du vent, sans mâts et sans gouvernal, et avoit été mille fois precipité du Ciel dans les abîmes, échoüa contre la pointe d'une petite Isle de la Mer atlantique. Sitôt que j'avois veu la tempête, j'avois pris le soin d'attacher Fatime à des planches qui étoient dans nôtre vaisseau... Comme tous mes soins étoient pour mon Prince, et que nôtre naufrage se fit le jour, je ne le perdis point de vûe, et l'aïant remarqué sur l'eau où ces planches le soutenoient avec sa nourrice ; je poussai en nageant vers le rivage, et je fus si heureux, qu'il aborda sans aucun accident.
NOTES: [(Page & Tome) 416, 1]
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Alcidamie. 16.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 102144 accreditee
CONTEXTE: Perselide/Ardélie raconte la suite de son histoire à Théocrite.
COTEXTE ET CITATION: La tempête produisoit ses effets ordinaires : A chaque moment il me sembloit que nous étions précipitez du ciel dans les abîmes, et après avoir demeuré vint-quatre heures à lutter contre l'impétuosité des vents et des vagues, nous fûmes enfin portez contre un Cap, où nôtre vaisseau se brisa en mille pieces.
NOTES: [(Page & Tome) 427-28] Slatkine vol.1, p. 370
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Carmante. 1974, .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 102146 accreditee
CONTEXTE: Description de ce que chacun des personnages fait pour se protéger des dangers posés par ce tremblement de terre.
COTEXTE ET CITATION: [Le Roi Agis] "par l'impatience qu'il avoit, il se retira dans la Chambre de la Reine ; à peine eût-il été un moment seul avec elle, qu'il s'aperçut que la Chambre s'ébranloit, et effrayé du tremblement de terre qui devenoit perilleux par sa violence, il sortit promptement de sa Chambre et du Palais.[...] La Reine se laissa mener dans une assez grande Campagne hors de la Ville, où presque tout le monde s'étoit refugié.
NOTES: [(Page & Tome) 112, 2] Cie des Libraires p.423-24
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Amours des grands hommes (Les). 16.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 305365 accreditee
CONTEXTE: En l’absence de M. de Wolmar, Julie et St. Preux ont fait une promenade en barque sur le lac.
COTEXTE ET CITATION: Un séchard qui nous poussait de biais vers la rive opposée s’éleva, fraîchit considérablement, et quand nous songeâmes à revirer, le résistance se trouva si forte qu’il ne fut plus possible à notre frêle bateau d la vaincre. Bientôt les ondes devinrent terribles.
NOTES: T. II, p. 137
SOURCE: Rousseau (Jean-Jacques), La Nouvelle Héloïse. Paris: Gallimard, 1993.Édition d\'Henri Coulet