Satorbase

QUIPROQUO_AMOUREUX_NOCTURNE
PHRASE:La nuit cause un quiproquo amoureux.
OCCURRENCE: 101782 chantier
CONTEXTE: Dans son jardin Dorothée croit s'adresser à Dom Juan, mais elle s'adresse à son amant Dom Sanche. Et vice-versa ensuite.
NOTES: [(Partie & Page) II, ch.19, 337-8]
SOURCE: Scarron, Roman comique (Le). Toussainct Quinet: Paris, 1651.
CHERCHEUR/E: Barjon B., Weil M.
OCCURRENCE: 202686 accreditee
CONTEXTE: Le Marquis, ayant surpris Sylvie/Salmes, découvre que l'amant est une femme. Or la Marquise sait qu'elle a passé des nuits avec un homme (Englesac).
COTEXTE ET CITATION: Mais le meilleur de l'avanture fut, quand ce Marquis tout rassuré par-là, de la fidelité de sa femme, et se croyant obligé de lui aller aussi demander pardon, et de rire avec elle de son extravagance, la pauvre Dame ne sçeut comment interpreter l'histoire qu'il lui fit, et crût qu'il l'avoit inventée, pour mettre son honneur à couvert de l'éclat qu'il venoit de faire mal à propos. Car enfin elle sçavoit bien que ce n'étoit pas une fille qui l'avoit charmée toutes les nuits....ils furent tous deux sur le point d'en perdre l'esprit.
NOTES: 110-111
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Mémoires de la Vie de Henriette Sylvie de Molière. .
CHERCHEUR/E: Kuizenga D.
OCCURRENCE: 306081 accreditee
CONTEXTE: Trubert, qui a dupé le duc et la duchesse de Bourgogne à plusieurs reprises, s'est fait passer pour sa soeur et partage le lit de leur fille qui prendra du plaisir avec lui et en aura un enfant. Il mettra la mésaventure au compte d'un ange, qui sous la forme d'une colombe leur rend visite au lit toutes les nuits.
COTEXTE ET CITATION: Roseite la tient enbracie,
n'i entent point de vilenie,
ainçois le fet par grant chierté
et par sa deboneireté ;
quanqu'elle puet, li fait solaz
et Trubert gist entre ses braz ;
n'en puet mes se le vit li tent.
[…] Par foi, dame, toute nuit vient
a nostre lit uns colons blans ;
il m’est avis, et bien le pans,
que ce soit un angre enpanez.
NOTES: P. 83, v. 2477-2483 ; 2586-2589.
SOURCE: Douin de Lavesne, Trubert. Paris/Genève: Droz, 1974.Édition G. Raynaud de Lage, Manuscrit BnF fr. 2188
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306085 accreditee
CONTEXTE: Trubert qui, à la suite d'un double travestissement, a épousé le roi Golias, s'est muni d'une bourse afin que ce dernier ne se rende pas compte qu'il ne partage pas le lit de la fille du duc de Bourgogne.
COTEXTE ET CITATION: Et Trubert adreice sa voie
a l’esponde, la borse a prise
ou sa pucelle l’avoir mise.
Entre ses jambes l’a boutee.
« Sire, fet il, quant vos agree,
faites de moi voz volentez ».
Seur le ventre li est montez
li rois, c’autre chose ne quiert ;
son vit en la borse li fiert
si que tot li embat dedanz.
NOTES: Page 94, v. 2826-2835.
SOURCE: Douin de Lavesne, Trubert. Paris/Genève: Droz, 1974.Édition G. Raynaud de Lage, Manuscrit BnF fr. 2188
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306088 accreditee
CONTEXTE: L'épisode raconte comment le magicien Nectanabus est le véritable père d'Alexandre. Il commencé par provoquer un rêve chez la reine Olympias, celui d'un dragon qui se transforme en homme, s’allonge près d’elle, la prend dans ses bras et la laissera enceinte à son départ. Il lui expliquera qu'il s'agit d'un dieu qui se manifeste sous la forme d'un dragon et qu'elle doit l'accueillir en silence. Il viendra la nuit suivante dans le lit d'Olympias déguisé en dragon. La reine persuadée qu'elle est visitée par un dieu, remet les clés de sa chambre au magicien qui la rejoint toutes les nuits jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte.
COTEXTE ET CITATION: Par artimage fist icelle conjuncion,
Desqe le lit est venuz rampant cum dragon.
La dame le esgarde devant tuit environ,
Ne quideit qe ceo fut si Amon le dieu non.
Le vassal vient al lit e ist de la toyson.
Ovec li se cocha en guise de baron ;
Tuit autretiel le sent cum en l’avision
Qe ele avoit avant veu en la conjureison.

Par ses pouvoirs magiques, il réalisa cet assemblage, puis parvint jusqu'au lit en rampant comme un dragon. La dame l'examina attentivement, persuadée qu'il ne pouvait s'agir que du dieu Amon. Il gagna le lit et se dégagea de sa toison. Il se coucha avec elle sous la forme d'un homme et tout se passa comme dans la vision.
NOTES: Page 26, v. 261-268.
SOURCE: Thomas de Kent, Le Roman d'Alexandre ou le Roman de toute chevalerie. Paris: Champion, 2003.Édition de Brian Foster et Ian Short ; traduction de Catherine Gaullier-Bougassas et Laurence Harf-Lancner
CHERCHEUR/E: Jeay M.
OCCURRENCE: 306089 accreditee
CONTEXTE: Le magicien Nectanabus qui a engendré le futur Alexandre en faisant croire que les visites nocturnes qu'elle recevaient étaient celles du dieu Amon, provoque un rêve au roi Philippe de Macédoine pour lui apprendre la grossesse divine de sa femme.
COTEXTE ET CITATION: Par art ad enchanté le mestre un ostour
E tramet le a l’ost Phelippon son seignour.
La nuit ly fet veer par songe la verrur,
Puis si [l’ad] esvellé ; li roys en ad pour.
Le songe qu’il ot veu tuit en ordre dist lur,
Coment le dragon vint e just od sa uxur.
« Dist ly qe enceinte estoit d’un riche empereur
Qui ma mort vengera, ma peine, ma tristur.
Desur le nombril prent jus d’une verte colur,
La moitié d’un lion forma [enz] en la flur. »
[…] « Voirs est vostre songe », dient si devinur.
« Dieus qui l’engendra ceo noute la verdur ;
La moitié del lion designe la valur
E l’orgoil qe l’enfes avera al primur. »

Le maître, par sa magie, a soumis un autour à des enchantements, et l’envoie dans l’armée de Philippe, son seigneur. La nuit, il révèle au roi la vérité à travers un songe, puis il le réveille ; Philippe est terrifié. Il convoque ses devins et ses sages avant le lever du jour et leur rapporte son songe avec précision : comment le dragon est venu coucher avec son épouse. « Il lui a dit qu’elle était enceinte d’un puissant empereur qui vengerait ma mort, ma peine, ma tristesse. Il a pris un suc de couleur verte et sur le nombril lui a dessiné la moitié d’un lion dans toute sa vigueur. » […] « Votre songe dit vrai, répliquent ses devins. La couleur verte signifie le dieu qui l’a engendré ; la moitié du lion désigne la vaillance et l’orgueil que l’enfant manifestera dès sa naissance.
NOTES: Page 30, v. 307-316 ; 321-325.
SOURCE: Thomas de Kent, Le Roman d'Alexandre ou le Roman de toute chevalerie. Paris: Champion, 2003.Édition de Brian Foster et Ian Short ; traduction de Catherine Gaullier-Bougassas et Laurence Harf-Lancner
CHERCHEUR/E: Jeay M.