Satorbase

ASSIMILATION_DESIR_NOURRITURE_ET_VIN
PHRASE:Le désir amoureux est associé au désir de manger et de boire.
OCCURRENCE: 101378 chantier
CONTEXTE: Hortensius rongeant une cuisse de poulet pense à Fremonde.
NOTES: [(Page) 200] Archetype romain.
SOURCE: Sorel (Charles), Histoire comique de Francion. Garnier Flammarion: Paris, 1996.1. Texte de 1633 avec quelques variantes de 1623-1626.
CHERCHEUR/E: , Weil M.
OCCURRENCE: 306100 accreditee
CONTEXTE: Guillaume d’Orange insulte sa sœur Blanchefleur, car il lui reproche de fausses accusations contre son épouse Guibourc. Pendant qu’elle prend du plaisir, lui se bat contre les sarrasins.
COTEXTE ET CITATION: Quant tu sez a chaudes chiminees,
Et tu mangües tes pudcins en pevrees,
E beis tun vin as colpes coverclees,
Quant es colché, ben es acuvetee,
Si te fais futre a la jambe levée,
Ces leccheürs te donnent granz colees.

Quand tu es assise dans ta chambre bien chauffée, mangeant des poussins à la sauce aux épices et buvant ton vin dans des hanaps munis de couvercles, et quand tu es couchée, ben recouvert, et que tu te fais foutre, les jambes levées, tes débauchés te portent de rudes coups.
NOTES: Vers 2614-2619
SOURCE: Anonyme, Chanson de Guillaume. Paris: Garnier, 1999.Éd. François Suard
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306101 accreditee
CONTEXTE: Un prêtre fréquente une épicière qui l’invite à manger sans penser à mal. Mais le prêtre est aussitôt pris de désir pour sa fille et offre de l’argent à sa mère pour pouvoir coucher avec elle. Mais la dame va lui jouer un tour : après un bon repas et du vin blanc de Soissons, elle le fait coucher, non pas avec sa fille, mais avec Alison, une prostituée.
COTEXTE ET CITATION: Atant fet on metre les tables
a la maison a la borgoise :
onques n’i ot mengié vendoise
ne poisson a l'eure de lors,
fors malarz , faisanz et butors,
dont li ostex fu aesiez.
.....
La dame fist apareillier,
qui molt fu grant com a tel joie,
.II. chapons et une grasse oie ;
s’i ot et malarz et plunjons,
et blanc vin qui fu de Soissons,
(si en burent grant plentez)
et gastieax rastiz buletez ;
si mengierent a grant foison.
NOTES: T. I, p. 59-72, v. 76-81 ; 254-261.
SOURCE: Guillaume Le Normand, Du prestre et d’Alison. Genève: Droz, 1979.Éd. Philippe Ménard, Fabliaux français du Moyen Âge
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306136 accreditee
CONTEXTE: Alors que son protégé Jehan de Saintré est parti combattre à la croisade de Prusse, la dame des Belles Cousines se retire dans ses terres où, étant allée à la messe à l’abbaye, elle est invitée à déjeuner par l’abbé, prélude à leur future relation amoureuse.
COTEXTE ET CITATION: Lors va porter un escabel, et viz a viz de Madame, aucun peu plus bas, s'en va asseoir. Lors fait servir de vin de Beaune blanc, puis du vermeil de troiz ou de .iiij. façons, dont tous en furent servis. Que vous diroye? Les prieres de faire bonne [chiere] et de boire les ungs aux aultres y furent largement et tellement que grant temps avoit que Madame n'avoit fait sy bonne chiere, dont en buvant, Madame a damps Abbés, et damps Abbés a Madame, leurs yeulx, archiers des cuers, peu a peu se commencerent l'un cuer a l'autre traire, et tellement que les piez, couvers de la treslarge touaille jusques a terre, s'encommencerent de peu a peu l'un a l'autre touchier, et puis l'un sur l'autre marchier. Alors ce tresenfflammé dart d’amours fiert le cuer de l’un, et puis de l’autre, tellement qu'ilz ont perdu le mengier ; mais damps Abbés, qui de ceste queste nouvelle estoit sur tous le plus joyeux, boist a l'une et puis a l'autre.
NOTES: Page 432.
SOURCE: Antoine de la Sale, Jehan de Saintré. Paris: Le Livre de Poche Lettres gothiques, 1995.Éd. Joël Blanchard
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 306137 accreditee
CONTEXTE: Œdipe qui a sans le savoir tué son père, réconforte Jocaste dont il ignore qu’elle est sa mère. Le passage est très clair quant au lien entre les plaisirs de la table et ceux du lit.
COTEXTE ET CITATION: Ore ad cil tant son plait mené
que amdui sont accordé ;
car femme est tost mené atant
que homme en fait tout son talant.
Li lit furent apareillié,
par le sale se sont colchié.
Al colcher orent vin assez
et borgelastres et clarrez :
assez en ont bien trestout,
cele noet passent a deduit.
NOTES: Vers 431-440.
SOURCE: Anonyme, Le Roman de Thèbes. Paris: Le Livre de Poche Lettres gothiques, 1995.Éd. Francine Mora-Lebrun
CHERCHEUR/E: