Satorbase

INCONSOLABLE_APRES_DEUIL
PHRASE:Après la mort de l'être aimé, le personnage survivant est inconsolable.
OCCURRENCE: TT101336 CHANTIER
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: La veuve exprime son chagrin de manière excessive, s'enfermant même, pour y mourir de faim, dans le tombeau de son mari
SOURCE: La Fontaine, Matrone d'Ephèse (La). Denis Thierry ou Claude Barbin: Paris, 1682.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: TT101334 CHANTIER
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: la reine meurt de douleur à la mort de son époux. Incipit
SOURCE: Aulnoy (Mme d, Pigeon et la Colombe (Le). Contes: 1697.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: 101332 accreditee
CONTEXTE: Le roi est inconsolable après la mort de sa femme; sa souffrance est tapageuse. Mais il cherchera à se marier après.
COTEXTE ET CITATION: Le prince jura donc, les yeux baignés de larmes,
Tout ce que la Reine voulut;
La reine entre ses bras morut,
<CITATION> Et jamais un Mari ne fit tant de vacarmes.
A l'ouïr sangloter et les nuits et les jours CITATION>,
On jugea que son deuil nel ui durerait guère...
NOTES: [(Page) P. 132, Livre de Poche.
SOURCE: Perrault (Charles), Peau d. Paris: Garnier-Flammarion, 1991.
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: TT101322 CHANTIER
CONTEXTE: " [le roi] s'évanouit à plusieurs reprises", "'éclate en plaintes et lamentations","'manifeste une profonde douleur"
COTEXTE ET CITATION: Le roi inconsolable à la mort de sa femme s'évanouit à plusieurs reprises
SOURCE: Beaumanoir Philippe de, Manekine (La). [édition inconnu]..
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: TT101330 CHANTIER
CONTEXTE: "[il] s'enferme, "se casse la tête contre les murs" pendant "huit jours"
COTEXTE ET CITATION: Un roi est inconsolable à la mort de sa femme.
SOURCE: Aulnoy (Mme d, Oiseau bleu (L. Contes: 1697.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: TT101320 CHANTIER
CONTEXTE: " Lorsque le moment fatal fut arrivé, tous les assistants jetèrent des larmes et des cris. L'Ingénu perdit l'usage de ses sens. Les âmes fortes ont des sentiments bien plus violents que les autres quand elles sont tendres.[...] Le morne et terrible silence de l'Ingénu, ses yeux sombres, ses lèvres tremblantes, les frémissements de son corps portaient dans l'âme de tous ceux qui le regardaient ce mélange de compassion et d'effroi qui enchaîne toutes les puissances de l'âme, qui exclut tout discours, et qui ne se manifeste que par des mots entrecoupés. L'hôtesse et sa famille étaient accourues; on tremblait de désespoir, on le gardait à vue, on observait tous ses mouvements Déjà le corps glacé de la belle St.Yves avait été porté dans une salle basse, loin des yeux de son amant, qui semblait la chercher encore, quoiqu'il ne fût plus en état de rien voir."
COTEXTE ET CITATION: Un jeune homme dont la fiancée vient de mourir est plongé dans "un morne et terrible silence", alors que les assistants crient et pleurent. Cette scène constitue le dénouement.
NOTES: Classiques Garnier p.280
SOURCE: Voltaire, Ingénu (L'). [édition inconnu]..
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: 101326 accreditee
CONTEXTE: La princesse manifeste sa douleur lors de la mort accidentelle de l'oiseau protecteur donné par son fiancé; il ressuscite après un rite qu'il lui avait demandé d'accomplir.
COTEXTE ET CITATION: Le roi d'Egypte qui était chaud au vin, pour ne pas dire ivre, demanda un arc et des flèches à un de ses pages Ce prince était à la vérité l'archer le plus maladroit de son royaume. Quand il tirait au blanc, la place où l'on était le plus en sûreté était le but où il visait. Mais le bel oiseau en volant aussi rapidement que la flèche, se présenta lui-même au coup, et tomba tout sanglant entre les bras de Fromosante<CITATION> La princesse perça le ciel de ses cris, fondit en lames, se meurtrit les joues et la poitrine CITATION>.
NOTES: P. 361 dans Classiques Garnier-Bénac, Paris 1960
SOURCE: Voltaire, Candide. Cramer: Genève, 1759.
CHERCHEUR/E: Bosson I., Weil M.
OCCURRENCE: TT101324 CHANTIER
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Un roi dont la femme vient de mourir en couches est inconsolable; elle lui laisse un fils et lui demande avant de mourir de ne pas se remarier.
SOURCE: Mailly (Chevalier de), Prince Perinet (Le) ou l'Origine des Pagodes. 1698.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: TT101318 PROVISOIRE
CONTEXTE: vers 538-542
"Sur la tumbe cheï pasmee,
En la pameisun devia;
Unc puis a humme ne parla.
Quant sis fiz veit
que el morte fu,
sun parastre ad le chief tolu;

vers 551-554
"Cil que ceste aventure oïrent
Lunc tens aprés un lai en firent,
De la pitié, de la dolur
que cil suffrirent pur amur."
COTEXTE ET CITATION: Dans le lai deYonec, la dame s'évanouit de douleur en apprenant la mort de son amant. Cette scène constitue le dénouement
NOTES: Edition : Blackwell's French texts, Oxford, 1952
SOURCE: .
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: TT101328 CHANTIER
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Le roi est tué au combat; la reine s'évanouit de douleur. Incipit
SOURCE: Aulnoy (Mme d, Bonne petite souris (La). 1697.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: TT101316 CHANTIER
CONTEXTE: " Cheveux arrachés, larmes répandues, cris pitoyables, sanglots."
COTEXTE ET CITATION: Un roi manifeste sa douleur à l'annonce de la mort de sa femme
SOURCE: Aulnoy (Mme d, Grenouille bienfaisante (La). Contes: 1697.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M., Bosson I.
OCCURRENCE: 305369 accreditee
CONTEXTE: Il faut voir l’affliction de celle-ci pour juger de ce qu’elle ajoute à la mienne. Loin de me savoir gré de mes soins, elle me les reproche ; mes attentions l’irritent, ma froide tristesse l’aigrit ; il lui faut des regrets amers semblables aux siens, et sa douleur barbare voudrait voir tout el monde au désespoir.
COTEXTE ET CITATION: Il faut voir l’affliction de celle-ci pour juger de ce qu’elle ajoute à la mienne. Loin de me savoir gré de mes soins, elle me les reproche ; mes attentions l’irritent, ma froide tristesse l’aigrit ; il lui faut des regrets amers semblables aux siens, et sa douleur barbare voudrait voir tout le monde au désespoir.
NOTES: T. II, p. 382
SOURCE: Rousseau (Jean-Jacques), La Nouvelle Héloïse. Paris: Gallimard, 1993.Édition d\'Henri Coulet