Satorbase

GARDER_SECRET_PAR_HONTE
PHRASE:La honte empêche de révéler un secret.
OCCURRENCE: 101128 chantier
CONTEXTE:
COTEXTE ET CITATION: Ces gens avaient la faiblesse de rougir eux-mêmes de leur naissance, de la cacher.
NOTES: [(Page) 25]
SOURCE: Marivaux (Pierre Carlet de), Paysan parvenu (Le) ou les Mémoires de M***. Garnier/Deloffre: Paris, 1969.
CHERCHEUR/E: Bille F., Weil M.
OCCURRENCE: 100770 accreditee
CONTEXTE: Sylvie a blessé à mort d'un coup de pistolet son père adoptif, M. de Molière, qui voulait la violer. Il est sur le point de mourir.
COTEXTE ET CITATION: On tacha de luy faire nommer l'auteur de sa blessure. Mais en vain on le luy demanda plusieurs fois, il repondit que c'estoit trois hommes masquez qui m'avoient voulu enlever ;[...]
<CITATION>Cependant, Madame, la discretion de ce malheureux, soit qu'elle fut un effet de honte, ou de quelque reste d'amour, me sauvoit dans l'opinion de tous ceux a qui je n'avois rien confesse,CITATION> si j'avois eu assez de force pour oser paroitre apres le coup.
SOURCE: Villedieu (Mme de), Desjardins, Mémoires de la Vie de Henriette Sylvie de Molière. Paris: 1671-72.
CHERCHEUR/E: , Rodriguez P.
OCCURRENCE: 100682 accreditee
CONTEXTE: Lors d'une "séduction" mal réussie, une dame vertueuse repousse, en lui griffant le visage, le jeune homme qui tente de la séduire. Ils ne parlent plus jamais de cette affaire, mais le jeune homme humilié n'ose plus s'approcher d'elle.
COTEXTE ET CITATION: Et quant le gentil homme veid qu'ils estoit descouvert, eut si grand paour d'estre congneu de sa dame, que le plus tost qu'il peust descendit par sa trappe; et autant qu'il avoit eu de desir et d'asseurance d'estre si bien venu, autant estoit-il desesperé de s'en retourner en si mauvais estat. [...] "Beaulté! Tu as maintenant le loyer de ton merite, car, par ta vaine promesse, j'ay entreprins une chose impossible, et qui peut-estre, en lieu d'augmenter mon contentement, est redoublement de mon malheur, estant asseuré que , si elle sçaict que contre la promesse que luy ai faicte, j'ay entreprins ceste follie, je perderay l'honneste et commune frequentation que j'ay plus que nul autre avecq elle [...] Ainsi passa la nuict en tels pleurs, regretz et douleurs qui ne se peuvent racompter. Et, au matin, voiant son visaige si deschiré, feit semblant d'estre fort mallade et de ne povoir veoir la lumiere, jusques ad ce que la compaignye feust hors de sa maison.
NOTES: [(Page) 30-31, 4e] Voir topoi touchant à la séduction et au viol.
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. Flammarion: Paris, 1982.
CHERCHEUR/E: Balogh A., Weil M.
OCCURRENCE: 101174 accreditee
CONTEXTE: Comment une femme doit garder le secret d'une agression par crainte de voir son honneur être mis en jeu et de la honte qui ensuivrait cette révélation.
COTEXTE ET CITATION: La dame d'honneur, la voiant ainsi courroucée, luy dist : "Ma dame, je suis très aise de l'amour que vous avez de vostre honneur, pour lequel augmenter ne voulez espargner la vie d'un qui l'a trop hazardée pour la force de l'amour qu'il vous porte. [...]Parquoy je vous supplye, ma dame, me vouloir dire la verité du faict ". Si vous désirez estre vengée de lui, laissez faire à l'amour et à la honte, qui le sçauront mieulx tourmenter que vous. Si vous vous le faictes pour votre honneur, gardez-vous ma dame, de tumber en pareil inconvenient que le sien; [...] Aussy, vous, ma dame, cuydant augmenter vostre honneur, le pourriez bien diminuer[...] Vous este belle et jeune, vivant en toute compaignye bien joieusement; il n'y nul en ceste court, qu'il ne voye la bonne chere que vous faictes au gentil homme dont vous avez soupson : qui fera juger chascun que s'il a faict ceste entreprinse, ce n'a esté sans quelque faute de vostre costé. Et vostre honneur, qui jusques icy vous a faict aller la teste levée, sera mis en dispute en tous lieux là où cette histoire sera racomptée.
NOTES: [(Page) 31-32 4e]
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. Flammarion: Paris, 1982.
CHERCHEUR/E: Baider F.
OCCURRENCE: 100690 accreditee
CONTEXTE: Aremberg a honte d'aimer la femme de son ami, mais le fait secrètement. Le secret se découvre enfin et le mari meurt. Plus tard, il entrera au service de la Comtesse d'Almont travestie en servante, se bat avec Almont qui le prend pour un autre, et le tue par accident et n'avoue son amour qu'à des moines qui découvrent le secret à la famille de la Comtesse. Il gardera le secret de son amour.
COTEXTE ET CITATION: Aremberg tombe par hasard sur la cérémonie d'un mariage et "s'attacha d'abord à la beauté" de la mariée. Il ne peut "s'empescher d'envier la bonne fortune de celuy qui alloit estre possesseur d'une si charmante personne", puis est rempli de désespoir quand il découvre que le mari est "son meilleur amy le Comte d'Almont." (pp. 57-59)
... Faisant encore pour cette fois triompher l'honneur & le devoir, il resolut qu'il ne verroit point Almont, de peur que par la veue de sa femme, qu'il luy feroit voir sans doute ... aymant mieux manquer à son amy par inutilité, que de s'exposer à luy manquer en la fidelité. (p. 71)
NOTES: [(Page) Nouvelle 1, (pp. 179-183, ET 203), édition STFM (Guichemerre); citations avec orthographe moderne, p. 36-7, 41, 79-81, 86-7.
SOURCE: Segrais (Jean Regnault de), Nouvelles françaises (Les). STFM: Paris, [1656-1657] 1990-92. édition de Roger Guichemerre
CHERCHEUR/E: , Rodriguez P.