Satorbase

JOUER_TOUR_POT_DE_CHAMBRE
PHRASE:Une personne joue un mauvais tour avec un pot de chambre, ce qui provoque le rire.
OCCURRENCE: 101164 accreditee
CONTEXTE: Madame de Roncex, pressée de se "soulager", salit sa robe. Toute la nouvelle est au sujet du mauvais tour qu'elle se joue à elle-même lors de cette mésaventure
COTEXTE ET CITATION: (88)
"[...] entra toute seule en un retraict obscur[...] Ceste pauvre femme, qui estoit si pressée, que à peyne eut-elle le loisir de lever sa robe pour se mectre sur l'anneau, de fortune, s'alla asseoir sur le plus ord et salle endroict qui fust en tout le retraict. Où elle se trouva prinse mieulx que à la gluz, et toutes ses pauvres fesses, habillemens et piedz si merveilleusement gastez, qu'elle n'osoit marcher ne se tourner de nul cousté, de paour d'avoir encore pis."
Elle cri à l'aide :
(89) "A ce cry-là, entrerent les gentilzhommes qui veirent ce beau spectacle, [...] Qui ne fut pas sans rire de leur costé, ni sans grand honte du cousté d'elle."
NOTES: [(Page) 88-89 11e] Classiques Garnier
p.84-85, GF
SOURCE: Navarre (Marguerite de), Heptaméron. Paris: Classiques Garnier, 1950.Édition de Michel François
CHERCHEUR/E: Baider F.
OCCURRENCE: 100248 chantier
CONTEXTE: Ragotin veut montrer son courage en se battant contre l'Olive. Il met alors le pied dans un pot de chambre et doit rester dans la ruelle du lit.
NOTES: [(Partie & Page) 231] GF ou Folio???
SOURCE: Scarron, Roman comique (Le). Toussainct Quinet: Paris, 1651.
CHERCHEUR/E: Monteil, Weil M.
OCCURRENCE: 100246 accreditee
CONTEXTE: La Rancune importune son compagnon de lit en lui demandant le pot, puis il le compisse et l'accuse d'avoir souillé le lit dont il profite seul ensuite.
COTEXTE ET CITATION: La Rancune faisant semblant de vouloir remettre le pot de chambre à terre, lui laissa tomber et le pot de chambre et tout ce qui était dedans sur le visage, sur la barbe et sur l'estomac.
NOTES: [(Partie & Page) I,VI,77-79]
SOURCE: Scarron, Roman comique (Le). Toussainct Quinet: Paris, 1651.
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.