Satorbase

RENCONTRE_SURPRISE_COMIQUE
PHRASE:Une rencontre fortuite surprend les personnages et a un effet comique ou ironique sur le lecteur.
OCCURRENCE: 104018 chantier
CONTEXTE: Un courrier heurte dans la nuit un valet venant en sens inverse qui ne conduit pas bien sa monture. Après les inévitables horions, le courrier s'aperçoit que le maître du valet qui chevauchait devant, est celui auquel il doit remettre la dépêche.
NOTES: [(Page&tome) 383, XXXI] Dans Mémoires du Sieur de Pontis, Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France, éd. Petitot, Paris, Foucault, 1824, Tome XXXI, p 383
SOURCE: Potocki (Comte), Manuscrit trouvé à Saragosse (Le). 1805.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Vernet M.
OCCURRENCE: 100026 accreditee
CONTEXTE: Ma prétendue fit un cri en le voyant, cri assez imprudent, mais ce sont de ces mouvements qui vont plus vite que la réflexion. Moi, j'étais en train de lui tirer une révérence que je laissai à moitié faite ; il avait la bouche ouverte pour parler, et il demeura sans mot dire. Notre hôtesse marchait à lui, et s`arrêta avec des yeux stupéfaits de nous voir tous immobiles...
COTEXTE ET CITATION: Il s'agit de la scènecontre toute attente c'est l'abbé Doucin, hostile à leur union, qui arrive pour marier Jacob et Mlle Habert.
NOTES: [(Page) GF p.106]
SOURCE: Marivaux (Pierre Carlet de), Paysan parvenu (Le) ou les Mémoires de M***. Garnier/Deloffre: Paris, 1969.
CHERCHEUR/E:
OCCURRENCE: 100028 accreditee
CONTEXTE: Rencontre surprenante de quatre brancards dans la même auberge. Il s'agit du chapitre "l'Aventure des Brancards".
COTEXTE ET CITATION: (p20-21) Le maître de l'hôtellerie voisine [...] dit qu'il y avait un brancard chez lui, et pourvu qu'on le payât bien, qu'il serait en état de partir sur le midi [...]. Là-dessus il arriva un autre brancard, conduit par deux hommes de pied [...] (p22): à peine fut-il arrivé, qu'il en parut un autre qui venait cent pas après du même côté [...] Ils en virent un quatrième qui venoit du côté du Mans. Cela les fit rire de bon courage, excepté la Rancune qui ne riait jamais, comme je vous ai déjà dit.
NOTES: [(Page) 20-22 GF]
SOURCE: Prévost (abbé), Histoire d'une grecque moderne. Desbordes/Didot: Amsterdam / Paris, 1740.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Rodriguez P., Weil M.
OCCURRENCE: 101022 chantier
CONTEXTE: Mainville se trouve nez à nez avec le vrai médecin des Florange, qui se met en colère de se voir supplanté. Suit une scène très comiqueMainville se prétend médecin de Montpellier et où les deux se disputent.
NOTES: [(Page) Ed GF p 113]
SOURCE: Anonyme, Nouveaux désordres de l'amour (Les). Pierre Witte: Paris, 1715.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Assaf F., Weil M.
OCCURRENCE: 101024 chantier
CONTEXTE: Le vrai médecin se plaignant à Florange qu'on lui préfère un charlatan ; le >marquis, encore bien malade, se précipite dans la chambre de sa femme et y trouve Mainville en habit de médecin. Il se répand en imprécations, mais Mainville se jette sur lui et le maîtrise, criant bien fort que ses transports au cerveau le reprennent et qu'il faut le recoucher. Le vrai médecin, auquel Mainville a signifié d'entrer dans son jeu, fait chorus, et Florange doit bon gré mal gré rejoindre son lit.
NOTES: [(Page) 114 Ed GF]
SOURCE: Anonyme, Nouveaux désordres de l'amour (Les). Pierre Witte: Paris, 1715.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Assaf F., Weil M.
OCCURRENCE: 100164 accreditee
CONTEXTE: Des amants (Manon et Des Grieux) sont surpris prêts à se mettre au lit. Cependant, ce n'est pas le hasard qui a fait venir le vieux G...M... : il veut savoir ce qu'est devenu son fils.
COTEXTE ET CITATION: J'allais me mettre au lit, lorsqu'il arriva. La porte de la chambre étant ferméee, je n'entendis point frapper à celle de la rue; mais il entra suivi de deux archers, et s'étant informé de ce qu'était devenu son fils, il lui prit envie de voir sa maîtresse, pour tirer d'elle quelque lumière. Il monte à l'appartement, toujours accompagné de ses archers. Nous étions prêts à nous mettre au lit. Il ouvre la porte et il nous glace le sang par sa vue. " Oh! Dieu c'est le vieux G...M..., dis-je à Manon."
NOTES: [( Page & Partie) II, 152] Cette arrestation a été précédée d'une autre, dans la première partie (p. 78). G...M... avait alors pris la résolution de faire arrêter Manon et Des Grieux et de les traiter "moins comme des criminels que comme des fieffés libertins." (p. 78 GF)
SOURCE: Prévost (abbé), Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut. Garnier/Deloffre-Picard: Paris, 1990.
CHERCHEUR/E: Baider F., Marsal H., Weil M.
OCCURRENCE: 100166 accreditee
CONTEXTE: La scène se passe chez Mme de Lursay, avec qui le narrateur avait un entretien fort tendre juste avant (d'où l'ironie de cette interruption).
COTEXTE ET CITATION: Madame et Mademoiselle de Théville entrèrent, et ma surprise fut sans égale quand je trouvai dans Mademoiselle de Méville cette inconnue que j'adorais.
NOTES: [(Page) 142 GF] Une autre rencontre surprise fait l'objet du topos surprendre_conversation_jardin. Le narrateur rencontre son inconnue dans le jardin des Tuileries :"ma surprise et ma joie furent sans égales, en reconnaissant mon inconnue." (p105)
SOURCE: Crébillon (Claude P.-J.), Egarements du coeur et de l. Prault,Gosse et Néaulme: Paris, La Haye, 1736-38.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Weil M.
OCCURRENCE: 101028 chantier
CONTEXTE: Florange, qui commence par dénigrer les devins, pythonisses et autres extralucides, va tout de même en consulter une. Alors qu'il s'apprête à lui dire qu'elle se moque de lui, un personnage masqué et déguisé en diable apparait et lui annonce que sa femme est fidèle et qu'il n'y a rien entre elle et Mainville. Florange s'évanouit de peur.
NOTES: Page 150 (GF).
SOURCE: Anonyme, Nouveaux désordres de l'amour (Les). Pierre Witte: Paris, 1715.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Assaf F., Weil M.
OCCURRENCE: 101026 chantier
CONTEXTE: S'en allant de chez la marquise masqué et déguisé sous un des habits de sa demoiselle, Mainville se trouve nez à nez avec Florange, qui le somme de révéler son identité. Refus de Mainville. Poursuite, résistance armée. Un groupe d'officiers vient à la rescousse. Florange et ses partisans fuient. Mainville est forcé de se démasquer.
NOTES: [(Page) 142 Ed GF] Voir aussi le topos travestir_identité.
SOURCE: Anonyme, Nouveaux désordres de l'amour (Les). Pierre Witte: Paris, 1715.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: Assaf F., Weil M.