Satorbase


TOPOS: PUNIR_CRIME
OCCURRENCE: 101246 accreditee
CONTEXTE: C'est Vénus qui parle:
" 'Tu ne devois penser, Acoumat, que les Dieux laissassent la trahison que tu as faict à ton maistre, pour tousjours impunie, ni que les souspirs & les larmes de ceste Princesse fussent perdues en ces effrayantes forests, où tes rages & tes cruatez exercent leur souveraine tyrannie. Tu as fuy les villes, pensant eloigner le supplice que tu recevras tout maintenant de mes mains en ces deserts où les Dieux m'ont mise, non en un exil de leur grace & de leur presence, comme je pensois, mais bien pour rendre leur justice à ceste desolee Royne, qui les larmes aux yeux si pitoiablement leur demande: Reçois donc, ces chaines d'or, desquelles je te lie pour toute ta vie, afin que tu fasses quelque penitence de tes crimes; & ne pense pas estre exempt de douleur & de peine en ceste belle troupe, où tu croiras estre plustot en ton paradis qu'en ton purgatoire; car mes beautez allumeront en ton coeur mille violents desirs, mes yeux un monde d'amours & de flammes, mes graces des impatiences & des desespoirs, ma gorge des glaces qui te donneront des tourmens incroyables.'
"Et à la vérité Venus a raison, parce qu'il ne se peut imaginer supplice au monde si insupportable que de voir une parfaite beauté incessamment devant nous toute nu, qui donne autant de morts que de refusées envies."
COTEXTE ET CITATION: (de l'Introduction, pp. 29-30)
"Fille du roi d'Astracan, [Fortunie] a épousé Acoubar, roi de Guylan, par procuration, 'suivant la façon des princes'. Acoumat, après la signature des accords, chargé de ramener Fortunie au royaume de Guylan, soudoie son équipage et kidnappe Fortunie pour en faire sa femme. Il la conduit avec ses Demoiselles jusqu'au Canada, peuplé de sauvages, et pendant deux ans il attend que Fortunie consente à l'épouser."
Pistion rencontre Fortunie dans la forêt près d'une fontaine. Il tombe amoureux d'elle, et elle de lui: "En peu de temps, Vénus fait enchaîner Acoumat, préside au mariage des deux amants et leur fait préparer un festin et un lit nuptial."
NOTES: [(Page) 78-79]
SOURCE: Perier (Antoine du), Amours de Pistion et de Fortunie (Les). Paris, 1601.(Édition ajoutée par SatorBase.)
CHERCHEUR/E: